Le rover de la NASA trouve des quantités surprenantes de matière organique sur Mars

S’il ne s’agit pas d'une preuve directe que Mars a abrité la vie, cela contribue à étayer cette hypothèse

rover Nasa
Perseverance et son bras robotique au travail — © NASA / JPL-Caltech / ASU / MSSS

Le rover Perseverance a trouvé une surabondance de molécules organiques sur Mars, ainsi que d’autres matériaux rendant le delta asséché qu’il explore actuellement propice à la recherche de potentiels signes de vie ancienne.

D’importantes concentrations de molécules organiques complexes

Cette nouvelle découverte de molécules organiques sur Mars est intervenue alors que Perseverance explorait un affleurement rocheux situé dans le cratère Jezero. Prélevés à l’aide de son bras robotique, certains de ces échantillons de roches sédimentaires stratifiées se sont avérés renfermer des matériaux ayant très probablement été transportés sur des centaines de kilomètres de distance, par l’un des nombreux cours d’eau qui parsemaient la surface de la planète rouge il y a des milliards d’années.

« L’objectif était de rechercher des zones similaires à celles de la Terre qui abritent des signes de vie ancienne », explique Thomas Zurbuchen, responsable scientifique de la NASA. « Nous avons choisi d’explorer le cratère Jezero parce que nous pensions qu’il était le plus susceptible de fournir des échantillons scientifiquement qualitatifs, et nous savons désormais que nous avons envoyé Perseverance au bon endroit. »

Ces roches sédimentaires contiennent des molécules organiques complexes appelées aromatiques, ainsi que des argiles et des minéraux sulfatés, pouvant être produits lorsque l’eau interagit avec les roches. Bien qu’aucun de ces matériaux ne soit un signe de vie clair, connu sous le nom de biosignature, leur présence dans 12 des échantillons collectés par Perseverance dans le cadre sa mission débutée en septembre 2021 a d’importantes implications.

Périple et dernière position de Perseverance dans le cratère Jezero — © NASA

« Cela implique un fort potentiel de préservation des biosignatures », détaille David Shuster, de l’université de Californie à Berkeley. « Si celles-ci étaient présentes à proximité lorsque la roche s’est formée, c’est précisément le type de matériau qui les préservera. »

« Nous observons des concentrations de plus en plus importantes à mesure que nous remontons le delta »

Il s’avère par ailleurs que la prévalence de la matière organique n’a cessé d’augmenter au fil du périple de Perseverance à travers le cratère Jezero. « Dans cette ‘chasse au trésor’ pour trouver des signes potentiels de vie sur une autre planète, la matière organique est un indice », souligne Sunanda Sharma du Jet Propulsion Laboratory de la NASA. « Nous observons des concentrations de plus en plus importantes à mesure que nous remontons le delta. »

Bien que la matière organique ait été découverte dans des roches sédimentaires connues pour préserver des fossiles d’anciens organismes ici sur Terre, les instruments embarqués par Perseverance, aussi avancés soient-ils, ne permettront pas de déceler leurs potentiels homologues martiens.

Il faudra attendre au minimum 2033, et la complétion de la mission Mars Sample Return, pour que les chercheurs puissent les étudier directement, et confirmer la présence (ou l’absence) de traces de vie ancienne.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Messenger