― Jarun Ontakrai / Shutterstock.com

La découverte de l’antibiotique a été l’une des découvertes les plus importantes de l’histoire. Malheureusement, certaines bactéries évoluent et arrivent à devenir résistantes aux antibiotiques qui existent actuellement. Heureusement, les scientifiques ne cessent de continuer leurs recherches, et ils viennent de découvrir un nouvel antibiotique qui pourrait faire des miracles.

Un antibiotique issu d’une bactérie pour tuer d’autres bactéries

Des chercheurs du Northeastern University College of Science, à Boston, ont découvert un nouvel antibiotique qui pourrait traiter les infections causées par certaines des superbactéries mortelles auxquelles l’humanité est confrontée. Une équipe de chercheurs dirigée par le professeur Kim Lewis a en effet annoncé qu’un nouvel antibiotique découvert peut tuer les bactéries à Gram négatif résistantes aux antibiotiques actuels.

Le nouvel antibiotique, appelé darobactine, a été découvert dans le microbiome intestinal des nématodes. Ces petits vers sont des parasites qui vivent à l’intérieur des systèmes digestifs des chenilles et autres insectes. Une fois là-bas, ils libèrent une bactérie appelée Photorhabdus qui tue la chenille pour que le ver et les bactéries puissent s’en régaler. Afin d’empêcher d’autres parasites de voler leur repas, les Photorhabdus produisent un composé antibiotique, et c’est la base de la darobactine.

Le mécanisme de fonctionnement de la darobactine

La darobactine a le potentiel d’étouffer les bactéries à Gram négatif, qui provoquent des infections telles que la typhoïde, le choléra et la peste. Les premiers tests sur des souris ont indiqué que la darobactine a traité les infections par E. coli et par K. pneumoniae sans aucune toxicité. Par ailleurs, le professeur Lewis a expliqué que les bactéries à Gram négatif résistent aux antibiotiques grâce à une membrane externe qu’elles développent et qui agit comme une barrière contre tout type d’attaque.

La darobactine est spéciale, car elle peut franchit cette barrière en interférant avec la protéine BamA qui contrôle l’accès à la membrane externe. « La darobactine se lie à cette protéine et la bloque, donc elle ne peut plus s’ouvrir. Les bactéries ne peuvent alors pas construire une enveloppe cellulaire appropriée, ce qui provoque leur mort », a expliqué Kim Lewis dans un communiqué de presse.

Les résultats des recherches du professeur Lewis ont notamment été publiés dans la revue Nature. Les recherches de Kim Lewis sur la darobactine ont déjà pris plus de deux années. Or, préparer la darobactine pour les humains prendra sans aucun doute beaucoup de temps, mais c’est un début très prometteur. « Même si la darobactine n’est pas efficace pour toutes les bactéries à Gram négatif, elle pourrait constituer une sorte d’échafaudage de bases pour un médicament encore plus efficace », a déclaré le professeur Lewis à Chemical & Engineering News. Chaque année, environ 700 000 personnes meurent d’infections résistantes aux antibiotiques.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de