En 1969, tandis que Neil Armstrong et Edwin Aldrin faisaient leurs bagages pour la Lune, le président Richard Nixon préparait, de son côté, l’échec de l’expédition. Un éloge funèbre très soigné fut rédigé, heureusement inutile !

Le 12 juillet 1999, un article du Los Angeles Times intitulé « L’histoire d’une tragédie qui n’est jamais survenue » révèle le discours funèbre que Nixon aurait prononcé si Neil Armstrong et Edwin Aldrin n’étaient jamais revenus de la Lune. Une hypothèse que le président américain jugeait hautement probable, à en croire le soin apporté à son discours et les mots choisis…

Voici la traduction de cette oraison funèbre uchronique :
« Le destin a voulu que les hommes qui sont allés explorer la Lune en paix y resteront pour reposer en paix. Ces hommes courageux, Neil Armstrong et Edwin Aldrin, savent qu’il n’y a pas d’espoir pour leur récupération. Mais ils savent aussi que leur sacrifice est porteur d’espoir pour l’humanité. Ces deux hommes sacrifient leur vie pour le dessein le plus noble de l’humanité : la recherche de la vérité et de la compréhension. Ils seront pleurés par leur famille et amis, par la nation, par le peuple du monde, et par la Terre qui a osé envoyer deux de ses fils dans l’inconnu. Par leur exploration, ils ont poussé les peuples de la Terre à se sentir un ; par leur sacrifice, ils renforcent la fraternité entre les hommes. Jadis, les hommes regardaient les étoiles et voyaient leurs héros dans les constellations. Aujourd’hui, nous faisons la même chose, mais nos héros sont des hommes héroïques de chair et de sang. D’autres suivront et réussiront sûrement à rentrer. La quête de l’homme ne sera pas reniée. Mais ces hommes étaient les premiers et resteront les premiers dans nos cœurs. Parce que chaque être humain qui regardera la Lune dans les nuits à venir saura que des hommes sont pour toujours quelque part dans cet autre monde. »

Le discours est daté du 18 juillet 1969, soit trois jours avant l’alunissage, et faisait partie d’un mémorandum intitulé « En cas de catastrophe lunaire ». Ce dossier indiquait également à Nixon de prévenir les futures veuves de l’échec de la mission avant de s’adresser à la nation. Il était prévu ensuite qu’un prêtre adopte « la même procédure que pour des funérailles en mer ».

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Yliad Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Yliad
Membre
Yliad

« En 1943, tandis que Neil Armstrong et Edwin Aldrin faisaient leurs bagages pour la Lune » Ils ont donc commencé à faire leurs bagages à l’age de treize ans, c’est ce qu’on appelle de la précocité! Ils sont forts ces américains.