— gillmar / Shutterstock.com

Ayant impliqué l’utilisation de données collectées en temps réel grâce à une application smartphone, de récentes recherches ont montré que le fait de sortir et profiter de la nature permettait de réduire largement le sentiment de solitude chez les citadins.

Un problème de santé publique majeur

La solitude est considérée comme un problème majeur de santé publique, augmentant davantage le risque de décès que la pollution atmosphérique ou l’obésité. Afin d’évaluer comment le contact avec la nature pourrait atténuer ce sentiment, des chercheurs du King’s College de Londres ont recueilli des données auprès de 756 participants à l’aide de l’application Urban Mind, les invitant à répondre régulièrement à des questions sur des sujets tels que la solitude, la promiscuité, l’inclusion sociale et l’environnement naturel.

Après avoir ajusté des facteurs tels que l’âge, le sexe, l’origine ethnique, la profession et le niveau d’éducation, les scientifiques ont constaté un lien significatif entre des niveaux plus faibles de solitude et le contact avec la nature.

« Certains aspects, tels que les éléments naturels et l’inclusion sociale, peuvent effectivement réduire la solitude », explique Andrea Mechelli, auteur principal de la nouvelle étude, parue dans la revue Nature Scientific Reports. « Nous ressentons différents niveaux de solitude tout au long de la journée, en fonction de l’environnement dans lequel nous nous trouvons. »

Alors que le sentiment de promiscuité augmentait la solitude de 39 % en moyenne, lorsque les sujets pouvaient voir des arbres, le ciel, ou entendre le chant des oiseaux, leur sentiment de solitude diminuait de 28 %. Ce qui suggère, selon l’équipe, que les espaces naturels dans les villes contribuent à le réduire en renforçant le sentiment d’attachement à un lieu, ou en offrant davantage de possibilités de sociabiliser.

« Il est essentiel de créer des habitats urbains où les gens peuvent s’épanouir »

« Il est reconnu depuis longtemps que l’accès à des environnements naturels peut favoriser les interactions et les liens sociaux », commente Christopher Hidlow, de l’université du Staffordshire. « Cette étude s’ajoute aux preuves existantes de notre affinité avec les environnements naturels et des avantages potentiels pour le bien-être social. »

Toujours selon le chercheur, si la familiarité avec les environnements n’a pas été mesurée, il est probable qu’elle joue un rôle important, dans la mesure où les gens ont tendance à fréquenter les mêmes environnements naturels, et que le fait de se sentir plus proche d’un lieu peut avoir des effets bénéfiques sur la santé mentale.

« Les villes se développant à un rythme effréné, il est essentiel de créer des habitats urbains où les gens peuvent s’épanouir, et la nature en constitue une composante essentielle », estime Johanna Gibbons, co-auteure de l’étude. « Je crois qu’au plus profond de notre âme, nous entretenons des liens très étroits avec elle. »

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
tenuo
tenuo
7 mois

Quand je me balade en forêt, je suis bien alors que quand je visite des lieux plein de touristes en couple et ou famille, là y’a du monde mais je me sent mal tellement je me sens seul.