Les scientifiques et les médecins tirent la sonnette d’alarme aux Etats-Unis. En effet, trois enfants migrants sur 200.000 sont morts de la grippe dans les camps de rétention. Une situation incompréhensible pour les spécialistes de la santé et qui semble laisser de marbre les autorités américaines.

Aux Etats-Unis, le taux de mortalité infantile est très faible, d’autant plus si la cause du décès est la grippe. Si on fait appel aux statistiques, environ 1 enfant sur 600.000 meurt de la grippe aux Etats-Unis. Or, depuis décembre 2018, au moins 3 enfants sont décédés dans les centres de détention américains à cause de la grippe.

Les scientifiques et les médecins s’inquiètent

Jonathan Winickoff, professeur en pédiatrie à Harvard, a déclaré dans une interview accordée à CNBC : « Lorsque j’ai appris que plusieurs enfants étaient morts en détention à cause d’une grippe, cela m’a vraiment troublé. » Et il n’est pas le seul.

Plusieurs médecins ont effectivement alerté les autorités sur la nécessité d’administrer gratuitement des vaccins aux personnes détenues dans les camps de rétention. Toutefois, la réponse qu’ils ont eue du Service des douanes et de la protection des frontières des Etats-Unis (CBP) est qu’ils ne prendraient aucune mesure avant l’arrivée de la saison grippale, c’est-à-dire au mois d’octobre.

Les médecins en appellent aux Démocrates

Les médecins accusent le Département de la sécurité intérieure et le Département de la santé et des services sociaux de négliger les soins devant être apportés aux détenu(e)s afin de prévenir la propagation des maladies dans ces camps de rétention. C’est pourquoi, le 1er août 2019, les docteurs des universités Harvard et Johns-Hopkins ont adressé une lettre aux Démocrates Rosa DeLauro et Lucille Roybal-Allard, leur demandant d’enquêter sur le décès des trois enfants de 2, 6 et 16 ans. Dans cette lettre, ils déclarent que « pendant la saison grippale, la vaccination devrait être offerte à tous les détenus dès leur arrivée afin de maximiser la protection des plus jeunes et des plus vulnérables ».

Néanmoins, le Service des douanes et de la protection des frontières, responsable du contrôle de l’immigration, ne semble pas vouloir changer de position. Il déclare, le mardi 20 août 2019, qu’ « en raison du peu de temps pendant lequel le CBP prend ces personnes en charge et de la complexité des programmes de vaccination, ni le CBP ni ses sous-traitants médicaux ne leur administrent les vaccins ».

Une position qui est loin de trouver grâce aux yeux des médecins. Le Dr William Schaffner, spécialiste des maladies infectieuses à l’université Vanderbilt, insiste : les autorités « devraient pouvoir le faire ».

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Hannibal42 Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Hannibal42
Invité
Hannibal42

C’est une plaisanterie j’espère, les vaccins antigrippaux ont une efficacité quasi nulle depuis les 10 dernières années (cf méta-analyses) et la pharmacovigilance est quand à elle quasi inexistante. S’il y a un problème de maladie contagieuse (grippe ou autre d’ailleurs) dans les camps de rétentions aux US c’est probablement dû… Lire la suite »