Bombe à retardement : des quantités astronomiques de mercure risquent de contaminer l’air et l’eau

Le réchauffement climatique laisse place à de nombreuses révélations. Dans les régions de l’hémisphère nord, le pergélisol contient d’importantes quantités de mercure. La fonte des glaces peut entraîner une libération de cet élément chimique : une très mauvaise nouvelle pour les humains et pour la planète.

 

Quantités importantes de mercure retrouvées dans le pergélisol d’hémisphère nord

L’étude des chercheurs de l’US Geological Survey portant sur la glace du pergélisol d’Alaska indique une abondance de mercure. Après 13 forages et un échantillonnage entre 2004 et 2012 sur différents lieux de l’Alaska, les résultats montrent que dans le pergélisol de l’hémisphère nord, le mercure y est deux fois plus présent que le mercure naturel sur le reste de la planète !

Les chercheurs estiment une présence de 793 millions de kilogrammes de l’élément chimique dans l’hémisphère nord. Ce chiffre représente dix fois la quantité de toutes les émissions de mercure portées par l’homme depuis trente ans !

Cette effroyable comparaison est le fruit de 11 000 mesures effectuées sur 4 926 sites à travers le monde entier, dans des zones de non-pergélisol. La libération du mercure de la glace ne serait pas sans conséquences pour les humains et l’environnement…

 

Environnement et humains en péril

Les cours d’eau peuvent être infiltrés par le mercure en cas de fonte du pergélisol. Ainsi, le mercure inorganique se transforme en une puissante neurotoxine au contact des microbes. Le mercure est dangereux en cas de contagion de l’eau et de l’atmosphère.

Si l’eau est contaminée, elle atteint les poissons, de ce fait elle touche à l’alimentation des humains. Cette situation entraîne des risques de dommages au niveau du système nerveux central et des malformations congénitales.

« Les conséquences de ce rejet de mercure dans l’environnement sont potentiellement énormes parce que le mercure a des effets sur la santé des organismes et peut remonter la chaîne alimentaire, affectant négativement les communautés autochtones et autres » annonce Steve Sebestyen, chercheur de l’USDA Forest Service, au Minnesota (USA).

 

Virus et cratères géants : conséquences de la fonte des glaces

La fonte du pergélisol de l’atmosphère nord peut libérer le mercure de la glace et impacter durablement l’écosystème. « Il n’y aurait pas de problème environnemental si tout restait gelé, mais nous savons que la Terre se réchauffe », explique l’auteur principal de l’étude, Paul Shuster, hydrologue de l’US Geological Survey.

Les scientifiques ne sont pas encore intéressés aux taux de dégel, mais un risque est bien présent : « Même si la mesure du taux de dégel du pergélisol ne faisait partie de cette étude, le pergélisol qui se dégèle offre un potentiel de libération de mercure ».

La fonte des glaces a d’autres conséquences. En Arctique, le pergélisol contient un virus « endormi » depuis plusieurs milliers d’années. En Sibérie, la déforestation intensifie la fonte du pergélisol, créant un cratère géant. Les chercheurs de l’étude se portent désormais sur l’impact que peut avoir le changement climatique. Ils tentent de modéliser les conséquences d’une libération du mercure par le pergélisol.


Chaque seconde, 2.5 oiseaux se tuent sur un pare-brise de voiture aux Etats-Unis.

— @DailyGeekShow