Douche femme
— Marius Pirvu / Shutterstock.com

Le temps d’un bain, nous avons toujours tendance à avoir des révélations. D’ailleurs, cette hypothèse semble être universelle. Certains scientifiques appellent même ce phénomène « l’effet douche ». Ils se sont penchés sur cet effet durant quelques années afin de pouvoir l’expliquer. Zac Irving, un philosophe des sciences cognitives de l’université de Virginie, a mené une expérimentation sur le sujet. Durant l’étude, Irving a découvert que certaines activités pouvaient bloquer la créativité et qu’il fallait se détendre afin de trouver une solution. Le moment du bain aide alors la pensée à s’évader et laisse libre cours à l’esprit.

Notre esprit s’évade pendant la douche

Lorsque l’on pratique une tâche engageante, notre esprit vagabonde. Plus notre esprit dérive, plus on arrive à trouver les bonnes résolutions. A l’inverse, si la tâche à effectuer est déprimante, aucune idée créative ne peut naître. Il est même possible d’être distrait par autre chose au lieu de penser au problème lui-même. D’après l’expérience d’Irving, si une personne a des problèmes, elle devrait plutôt effectuer des activités qui déstressent comme se promener, jardiner et même prendre une bonne douche. De nombreux scientifiques ont déjà essayé d’expérimenter les bienfaits de la douche pour notre esprit.

Mais Irving a démenti certaines études, avançant que certains chercheurs confondent l’ennui avec l’errance de l’esprit. Irving a donc affirmé qu’afin d’arriver au stade de la créativité, il fallait trouver un équilibre entre la pensée libre et la pensée ciblée. En effet, les études antérieures avaient fait référence à la distraction des participants. Dans le cas d’une étude réalisée en 2015, les scientifiques ont conclu qu’un participant avait trop pensé, ce qui avait conduit à certaines contraintes et l’activité était devenue improductive.

Douche
‎― ben bryant / Shutterstock.com

Les chercheurs veulent en savoir plus sur notre manière de penser

Irving et ses collègues ont mené deux expériences. La première s’est portée sur 222 participants dont la majorité était des femmes. Chaque participant a eu 90 secondes afin de proposer une manière d’utiliser une brique ou un trombone. Ensuite, les participants ont été divisés en deux groupes et les scientifiques leur ont attribué diverses tâches au hasard. Le premier groupe devait regarder une scène de trois minutes du film Quand Harry rencontre Sally. Le second, quant à lui, devait visionner une séquence de trois minutes d’un homme qui pliait du linge. Après le visionnage de la vidéo, les participants ont eu 45 secondes pour revenir à la tâche principale. Irving a affirmé que chaque groupe avait donné une réponse très créative.

La seconde expérience a été réalisée auprès de 118 participants dont la moitié avait déjà été notifiée de ce qui allait se passer après le visionnage de la vidéo. D’après les auteurs de l’étude, plus l’esprit se libère, plus il devient productif. D’ailleurs, le groupe qui avait reçu à l’avance les indications était encore plus créatif que l’autre moitié.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments