https://dailygeekshow.com/wp-content/uploads/2019/02/fond-radium.jpg

Aujourd’hui, le radium n’est pas beaucoup utilisé, à l’exception du traitement du cancer. Cela est notamment dû au fait que c’est un élément hautement radioactif, et que s’il n’est pas parfaitement manipulé, ses effets sur la santé peuvent être catastrophiques. Mais malgré le danger que représente cet élément, la découverte du radium reste l’une des histoires les plus intéressantes de la science. 

L’histoire commence par les recherches du physicien français Antoine-Henri Becquerel. En 1896, Becquerel fait une découverte sur le minerai appelé pechblende. La pechblende contenait de l’uranium. Becquerel a découvert que la pechblende dégageait un rayonnement qui agit comme la lumière. La principale différence étant cependant que le rayonnement de la pechblende n’est pas visible à l’œil humain. La découverte de Becquerel a suscité une vive émotion parmi les scientifiques.

Wikipedia

De nombreux physiciens ont alors arrêté leurs propres recherches et ont commencé à étudier cette nouvelle curiosité. Parmi eux, il y avait la jeune Marie Sklodowska Curie, une étudiante diplômée. Marie était née à Varsovie, en Pologne, sous le nom de Marya Sklodowska. En 1891, elle s’installe à Paris pour étudier la physique. Trois ans plus tard, elle rencontra un autre physicien, Pierre Curie ; et les deux se sont mariés en 1895. Marie et Pierre étaient particulièrement intéressés à en apprendre davantage sur la pechblende, et durant leurs recherches, pas moins de 7 tonnes de pechblende ont été passées au crible.

Les Curie et la radioactivité

© Wikimédia / André Castaigne

Quelques jours avant les fêtes de Noël en 1898, Pierre Curie écrivit pour la première fois dans son cahier le mot « radium » pour désigner un nouvel élément que son épouse Marie et lui-même avaient péniblement découvert dans leur laboratoire délabré de Paris. Le radium est un élément métallique blanc brillant, luminescent, rare et hautement radioactif. Le nom vient du mot latin « radius », qui signifie « rayon ». Le cahier dans lequel le nom apparaît pour la première fois reste à ce jour hautement radioactif et dangereux.

Comme cité précédemment, c’est Henri Becquerel qui a poussé les Curie à mener des recherches sur la pechblende. Si Becquerel a su identifier le thorium dans ce minerai, il n’a pas encore su nommer le phénomène qui le faisait « briller ». On attribue cette découverte à Marie Curie qui, en approfondissant le phénomène observé par Becquerel, a constaté que non seulement l’uranium, mais aussi l’élément thorium était à l’origine de ces effets. Elle a alors inventé le mot « radioactivité » pour décrire la propriété de ces deux éléments.

MARIE CURIE A GARDÉ UN ÉCHANTILLON DE RADIUM À CÔTÉ DE SON LIT EN GUISE DE VEILLEUSE

Les recherches de Marie Curie ont notamment commencé dans un petit espace de stockage au rez-de-chaussée de l’école de physique et chimie où Pierre enseignait. Il n’y avait alors que des murs de briques, une ou deux chaises branlantes et quelques tables de travail en bois. Ils ont construit leur propre chambre d’ionisation à partir de caisses d’épicerie en bois. Le 17 février 1898, elle testa un échantillon de pechblende noire lourde qui, selon elle, émettait un rayonnement d’une force inattendue. En juillet, la même année, le couple avait découvert deux nouveaux éléments : le « polonium » en honneur à Marie d’après sa Pologne natale.

Flickr / Cornell University Library

Le polonium, cependant, n’avait pas réussi à expliquer toutes les radiations de la pechblende. En menant des expériences plus poussées sur le minerai, ils ont ensuite découvert le radium. Ils ont annoncé leur découverte du radium dans un article publié à l’Académie Française des Sciences le 26 décembre 1898. Par la suite, Marie Curie a mis au point une méthode permettant de séparer le radium de ses résidus radioactifs, permettant ainsi d’étudier de plus près ses propriétés thérapeutiques.

Les Curie : une réussite familiale

L’unité de la radioactivité a finalement été nommée « curie » en l’honneur de Pierre Curie, qui s’est tragiquement tué dans un accident de rue à Paris en 1906, alors qu’il n’avait que 46 ans. Mais avant cela, les Curie et Becquerel se sont partagé le prix Nobel de physique en 1903 pour leurs travaux de recherche associés portant sur ce que le comité Nobel a qualifié de « phénomène de rayonnement ». Ainsi, Marie Curie est devenue la première femme récipiendaire d’un prix Nobel.

Wikipedia

Marie Curie a également remporté un prix Nobel de chimie en 1911, pour ses recherches sur le radium. La fille Curie, Irène, a pour son compté, épousé le physicien français Frédéric Joliot. Elle et son mari ont reçu le prix Nobel de chimie en 1935 pour leur découverte que la radioactivité pouvait être produite artificiellement dans le laboratoire. Et en 1936, Marie Curie est décédée, à l’âge de 66 ans, d’une leucémie provoquée par les radiations auxquelles elle a été exposée tout au long de sa vie.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de