― sfam_photo / Shutterstock.com

Un dicton dit qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné. Cependant, une étude menée par une équipe de chercheurs britanniques démontre que l’isolement social peut entraîner des changements dans la structure du cerveau et augmenter le risque de démence.

Les personnes âgées sont les plus touchées par l’isolement social

L’isolement social modifie la structure de notre cerveau, selon une étude publiée dans la revue  Neurology.

Notons tout d’abord que l’isolement social est différent de la solitude. En effet, ce phénomène se caractérise par un manque ou une absence de contact avec autrui tandis que la solitude relève plutôt d’un sentiment que l’on peut ressentir même en étant entouré de gens. Les personnes les plus touchées par l’isolement social sont notamment les personnes âgées.

Ainsi, les chercheurs de l’université de Cambridge ont analysé les données de 462 619 personnes âgées de 57 ans en moyenne. Les participants vivaient seuls, avaient des interactions sociales très limitées et participaient rarement à des activités sociales. En outre, ils ont aussi analysé les données d’imagerie cérébrale de 32 263 personnes âgées de 63 ans en moyenne.

― Zhuravlev Andrey / Shutterstock.com

Le risque de démence est décuplé

D’après les résultats de l’étude, les personnes isolées socialement ont de plus faibles capacités cognitives – moins de mémoire et moins de temps de réaction – et un plus faible volume de matière grise dans de nombreuses parties du cerveau, dont la région temporale, le lobe frontal et l’hippocampe.

Les scientifiques ont également constaté que les personnes souffrant d’isolement social présentaient un risque de démence 26 % plus élevé après quelques années. De plus, la diminution du volume de matière grise serait également liée à une diminution de l’activation de certains gènes empêchant les symptômes de la maladie d’Alzheimer.

Barbara Sahakian, coauteure de l’étude, espère que les autorités et leur entourage prendront en compte ces recherches pour améliorer la situation des personnes âgées. « Maintenant que nous connaissons le risque de l’isolement social pour la santé du cerveau et la démence, il est important que le gouvernement et les communautés prennent des mesures pour s’assurer que les personnes âgées communiquent et interagissent régulièrement avec les autres », a-t-elle indiqué.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments