Découvrez l’Ishoku Hada, la nouvelle mode complètement déjantée qui a envahi Tokyo

A la fois haut-lieu de la mode et laboratoire d’expérimentations vestimentaires, Tokyo est une ville où la mode est reine. Et elle a vu émerger dans ses rues une nouvelle tendance assez atypique : l’Ishoku Hada. Créé par de jeunes japonaises, ce style se caractérise surtout par une peau recouverte d’une couleur vive complétée à un style très voyant. Entre inspiration extraterrestre et créativité sans limite, percez les secrets de cette tendance underground.

Tokyo est une ville où la créativité semble sans limite, en particulier en ce qui concerne la mode. Chaque coin de rue est l’occasion de découvrir un style unique, notamment dans les quartiers d’Harajuku et de Shibuya, très prisés des fashionistas. Si de nombreuses tendances vestimentaires sont nées dans la capitale nippone, de nouvelles voient régulièrement le jour et il y en a une qui fait parler d’elle à travers le monde de par son style aussi impressionnant que créatif : l’Ishoku Hada.

Pouvant être traduit par « peau unique », une personne arborant l’Ishoku Hada a pour particularité d’avoir la peau entièrement recouverte d’une couleur qui se voit de loin. Style exubérant au possible, il doit être complété par des cheveux colorés et des vêtements tout aussi bariolés et assez courts de préférence afin de montrer le plus de peau possible. Pour l’heure, cette tendance est exclusivement féminine et elle a donné lieu à une séance photo décalée digne d’une vision futuriste.

Comme d’autres tendances vestimentaires, l’Ishoku Hada puise son inspiration dans la Pop Culture, et les références ne manquent pas en particulier en ce qui concerne les peaux colorées. De Dragon Ball à Avatar en passant par les X-men ou même les références plus traditionnels comme les oni (ces créatures japonais à la peau rouge). Et si le résultat surprend au premier abord, le regard est très séduit par ces combinaisons de couleurs atypiques et ces looks détonants qui ne laissent personne de marbre.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux