Interview de Loïck Mori, le tatoueur qui immortalise l’infinie beauté des animaux

Interview de Loïck Mori, le tatoueur qui immortalise l’infinie beauté des animaux

Le Daily Geek Show a eu le privilège de rencontrer Loïck Mori, un tatoueur au talent phénoménal dont la réputation ne cesse de croître en France. Autodidacte et passionné, il vous raconte son parcours, ses inspirations et comment il a rejoint le prestigieux studio UniqueHorn Tattoo au côté du célèbre tatoueur Issa. Ses oeuvres animales et florales, toujours proches de la nature, vont vous faire tomber sous le charme…

 

BONJOUR LOÏCK, MERCI D’AVOIR ACCEPTÉ CETTE INTERVIEW. PEUX-TU TE PRÉSENTER AUPRÈS DE NOS LECTEURS ?

Loïck Mori : Bonjour à toute l’équipe du Daily Geek Show. Je m’appelle Loïck, j’ai 26 ans, je suis un pétrocorien, arrivé sur la capitale depuis bientôt 6 ans maintenant.

 

Loïck dessine son prochain tatouage

 

TES TATOUAGES SONT D’UNE GRANDE VARIÉTÉ. COMMENT DÉFINIRAIS-TU TON STYLE ?

Loïck Mori : Je travaille beaucoup les couleurs. Toutes mes pièces (ou presque) s’intègrent au style néo-traditionnel et ont, pour beaucoup, une thématique animalière ou florale.

J’aime y apporter une touche japonaise. Et puis dans un autre style, il y a les mangas et ses petits trucs mignons : j’adore la pop culture japonaise !

Mon style est éclectique, un peu comme moi !

 

 

D’OÙ T’EST VENUE L’ENVIE DE FAIRE CE MÉTIER ET DEPUIS QUAND L’EXERCES-TU ?

Loïck Mori : L’envie d’être tatoueur est née au fil du temps. Je ne me suis pas réveillé un matin et me suis dit « Wouah ! Je serai tatoueur ! ». J’ai toujours eu un attrait pour les choses en dehors des banalités de la vie. Les rencontres et expériences m’ont progressivement amenées sur ce chemin.

J’ai toujours aimé gribouiller depuis tout petit, puis à force de me faire tatouer, j’ai fini par me dire que je pouvais avoir un avenir dans ce métier.

 

 

QUEL PARCOURS AS-TU SUIVI POUR EN ARRIVER LÀ ?

Loïck Mori : J’ai suivi le parcours du « débrouille-toi tout seul ! », je suis autodidacte. J’ai donc observé, fais des choix très tôt dans ma vie. Je me suis documenté, j’ai dessiné et je me suis entraîné.

Il y a un peu plus de 3 ans, j’ai posé mes affaires dans un salon parisien qui m’a offert une chance. Ça m’a permis d’avoir un pied concret dans le monde du tatouage. Là, j’ai pu observer, imprimer, voir comment ça se passait dans ce milieu. Et artistiquement, j’ai commencé à me trouver, à voir ce que j’aimais, ce que j’aimais moins et donc faire des choix.

 

 

OÙ AS-TU PUISÉ TES INFLUENCES ?

Loïck Mori : J’ai toujours été curieux, alors je regarde autour de moi depuis que je suis tout petit. Dans mes dessins d’aujourd’hui, on retrouve des choses de mon enfance, de la nature, de laquelle j’étais très proche quand j’étais plus jeune, et donc forcément des végétaux et des animaux.

Et puis, plus tard, j’ai découvert le Japon. Je suis tombé amoureux de ses traditions, de sa culture et de ses mangas ! Aujourd’hui, dans mes dessins, naturellement toutes ces influences se retrouvent.

On pourrait les penser éloignées les unes des autres mais finalement, tout s’équilibre bien !

 

Loïck tatoue une loutre

 

EN PLUS DU TATOUAGE, T’INTÉRESSES-TU À D’AUTRES SUPPORTS (PEINTURE, DESSIN, …) ?

Loïck Mori : Je dois avouer que je suis un électron libre. J’ai la tête partout ! J’aime trop de choses et pas assez de temps pour pratiquer. Mais ce qui revient en force, c’est le dessin. C’est une pratique complète et variée : les contours, la couleur, les proportions…

Donc c’est vrai que je regarde beaucoup de dessins, de styles très différents. De l’esquisse au numérique, tout m’intéresse car tout se complète. Et sinon… manger des pâtisseries ça compte ?

 

 

TU TRAVAILLES AVEC ISSA, UN TATOUEUR TRÈS RÉPUTÉ SPÉCIALISÉ DANS LE MANGA, COMMENT A DÉBUTÉ VOTRE COLLABORATION ?

Loïck Mori : J’avais envie d’évoluer dans mon travail et de me rapprocher au quotidien de ce que j’aime. Le Japon et la pop culture sont essentiels pour moi et Issa représente parfaitement ce style dans le milieu du tatouage. Je me suis dirigé vers lui en sachant que j’allais beaucoup apprendre à ses côtés.

Au départ, j’ai commencé régulièrement à faire des guests dans son salon, UniqueHorn Tattoo, puis il m’a proposé par la suite un poste de résident.

 

 

PEUX-TU NOUS DÉCRIRE TON PROCESSUS DE TRAVAIL AVEC TES CLIENTS ?

Loïck Mori : Même si nous ouvrons les portes du salon le mercredi et le samedi depuis peu, en tant que street shop, le salon UniqueHorn Tattoo est de base un salon privé.

Je reçois donc les demandes d’informations de clients par mail ou via les réseaux sociaux. Une fois qu’on a bien discuté et que j’ai une idée précise de ses envies, j’invite le client à venir au salon pour finaliser l’étude du projet. Suite à quoi, si tout est ok, on définit une date de rendez-vous pour commencer à tatouer.

Toutefois, comme je le disais, depuis peu, les clients sont invités à venir me rencontrer le mercredi et le samedi pour qu’on puisse parler de leurs idées.

 

Loïck Mori au salon UniqueHorn Tattoo

 

QUELS SONT TES PROJETS POUR L’AVENIR ?

Loïck Mori : J’ai la chance d’être invité, avec Issa, à la convention Ink & Road à Montréal, en août prochain. Et puis je me concentre sur l’évolution de mon travail, il y a toujours des choses perfectibles et des choses à apprendre.

L’univers du tatouage est très vaste, extrêmement riche, je suis rarement rassasié ! Ah oui… Accessoirement j’aimerais prendre des vacances, repartir au Japon et découvrir les nouvelles tendances de la pâtisserie !

 

 

MERCI BEAUCOUP LOÏCK POUR AVOIR ACCEPTÉ DE RÉPONDRE À NOS QUESTIONS. UN PETIT MOT POUR NOS LECTEURS ?

Loïck Mori : Soyez Fun ! Et à très vite…

 

 

 

 

 

N’hésitez pas à parler de votre projet tatouage à Loïck qui sera ravi d’échanger avec vous.

Vous pouvez aussi vous abonner à sa page Facebook et à son profil Instagram ❤ !

Dans le monde, plus de 30 000 000 de filles en âge d’aller à l’école primaire ne sont pas scolarisées.

— @UNICEF_france