manuscrit
Image d’illustration — Virag Nobile / Shutterstock.com

L’analyse d’un manuscrit biblique millénaire détenu par la bibliothèque d’Oxford a révélé d’étranges dessins et inscriptions, qui seraient l’oeuvre d’une mystérieuse figure féminine médiévale.

Le manuscrit MS. Selden Supra 30

Copie des Actes des Apôtres, qui constituent le cinquième livre du Nouveau Testament, le manuscrit MS. Selden Supra 30 mesure environ 10 centimètres de haut pour 15 de large. Grâce à une technique d’imagerie avancée, les chercheurs de l’université de Leicester ont récemment obtenu un aperçu unique des figures humaines (visibles dans le second tweet) et caractères cachés dans ses pages, inscrits à la pointe sèche vers le VIIIe siècle.

Selon l’équipe, la présence d’une page comportant une prière manuscrite écrite du point de vue d’une femme, ainsi que le fait que seule l’élite anglaise savait à l’époque lire et écrire et avait accès aux manuscrits, suggère que leur auteure était une noble ou une religieuse très instruite, vraisemblablement nommée Eadburg.

« Nous avons actuellement identifié cinq occurrences du nom Eadburg sur cinq pages différentes », explique Jessica Hodgkinson, qui a supervisé l’analyse de l’oeuvre millénaire. « Des formes abrégées du nom ont été également mises en évidence ailleurs dans le manuscrit. »

L’examen des archives historiques a révélé que neuf femmes nommées Eadburg avaient vécu au Royaume-Uni entre le VIIe et le Xe siècle. La principale « suspecte » se trouve être une abbesse du Kent, qui avait logiquement accès à de tels ouvrages. « Cela concorde avec la localisation historique du livre, dont le style d’écriture indique qu’il a été rédigé dans cette partie de l’Angleterre », détaille Hodgkinson.

Les miracles de la stéréophotométrie

Ces travaux ont impliqué l’utilisation de la stéréophotométrie, consistant à placer un document sous différentes conditions d’éclairage afin de produire un modèle 3D ultra-détaillé de sa surface. Utilisée pour la première sur un manuscrit, cette technique a permis de révéler des marques dont la profondeur ne dépassait pas un cinquième de la largeur d’un cheveu humain.

Dans les mois qui viennent, les chercheurs britanniques prévoient de continuer à sonder les pages du manucrit et étudier les mystérieux dessins et inscriptions, dans l’espoir d’établir plus précisément leur signification et leur relation avec le texte principal.

Fin octobre, une technique d’imagerie similaire avait permis de révéler la présence de la plus ancienne carte des étoiles au monde dans un manuscrit médiéval découvert en Égypte.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments