― Africa Studio / Shutterstock.com

Chaque année, les mises en garde contre l’utilisation des plastiques à grande échelle se multiplient. En France, le gouvernement a annoncé dans un communiqué que plusieurs fruits et légumes non transformés ne pourront plus être commercialisés avec des emballages plastiques à partir du 1er janvier 2022.

Une application progressive

Cette mesure concerne une trentaine de fruits et légumes. Les légumes tels que les poireaux, courgettes, aubergines, poivrons, concombres, pommes de terre, carottes, tomates rondes, oignons, navets, choux, choux-fleurs, courges, panais, radis, topinambours, légumes racines sont concernés. Du côté des fruits, pommes, poires, oranges, clémentines, kiwis, mandarines, citrons, pamplemousses, prunes, melons, ananas, mangues, fruits de la passion, kakis devront être vendus sans emballages plastiques.

Les trois ministères signataires – Economie, Transition écologique, Agriculture et Alimentation – indiquent que cette mesure entrera en vigueur le 1er janvier 2022. Le décret prévoit toutefois une application progressive de l’interdiction pour les fruits et légumes qui présentent un risque important de détérioration lors de leur vente en vrac.

« Les pêches et abricots, les fruits mûrs à point, les graines germées, les fruits rouges ou encore les légumes primeurs, c’est-à-dire récoltés au printemps, avant leur pleine maturité, bénéficieront de délais du 30 juin 2023 au 30 juin 2026. Un délai de tolérance de 6 mois est également prévu pour l’écoulement des stocks d’emballages », explique le ministère de la Transition écologique dans le communiqué.

— IgnacioFPV / Shutterstock.com

D’autres interdictions entreront en vigueur en 2022

Le gouvernement indique que 37 % des fruits et légumes sont vendus dans des emballages en plastique. Il estime que cette interdiction permettrait d’économiser plus d’un milliard d’emballages en plastique par année. L’interprofession Interfel a, quant à elle, exprimé une certaine réticence à cette mesure. Elle a notamment indiqué que la filière des fruits et légumes frais représentait moins de 1,5 % des conditionnements plastiques du secteur alimentaire en France.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la loi « anti-gaspi » ou « Agec » de février 2020. Celle-ci prévoit également la fin des sachets de thé en plastique, des jouets en plastique offerts dans les menus des fast-foods, des emballages plastiques pour les journaux dès 2022.

Que pensez-vous de cette nouvelle mesure ?

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de