© Andrew Czaja – University of Cincinnati / Nature creative commons

C’est tout à fait par hasard que des scientifiques ont découvert un microfossile de champignon dans le sud de la Chine. Datant d’il y a 635 millions d’années, il s’agit donc du plus vieux fossile terrestre ayant jamais été découvert. Les chercheurs sont très contents de cette découverte dans la mesure où le fossile permettra d’approfondir les connaissances sur l’histoire de la planète.

Une découverte qui modifie la datation de l’apparition des champignons sur Terre

La découverte a été réalisée par une équipe de scientifiques de Virginia Tech, de l’Académie chinoise des sciences, de l’université de Guizhou et de l’université de Cincinnati. Les chercheurs ont notamment découvert les restes d’un microfossile ressemblant à un champignon qui aurait émergé à la fin d’une ère glaciaire il y a environ 635 millions d’années. Cela signifie que ce champignon est le plus ancien fossile terrestre ayant jamais été découvert. À titre de comparaison, le fossile de dinosaure qui détenait le précédent record datait d’il y a environ 225 à 230 millions d’années.

Jusqu’à présent, les scientifiques ont daté l’apparition des champignons sur Terre à 400 millions d’années. L’apparition de ce fossile recule cette datation de 200 millions d’années de plus. Cette découverte est très importante, car ce microfossile peut contenir de précieux indices sur l’histoire de la vie sur Terre et sur son évolution. Pour mieux comprendre, il faut savoir qu’il y a environ 750 à 580 millions d’années, la Terre était recouverte de glace. Cette période était notamment appelée « terre boule de glace ». La présence de champignons sur les terres froides a sans aucun doute aidé à déchiffrer les régions figées par la glace. Ils ont également favorisé le développement des écosystèmes luxuriants qui ont ensuite peuplé la planète.

Une découverte imprévue, mais très importante

Invisibles à l’œil nu, c’est par hasard que les scientifiques ont découvert les filaments filiformes fossilisés dans les roches sédimentaires de la formation de Doushantuo, dans la province du Guizhou, dans le sud de la Chine. « C’était une découverte accidentelle. Dès lors, nous avons réalisé que cela pourrait être le fossile que les scientifiques recherchent depuis longtemps. Si notre interprétation est correcte, il sera utile pour comprendre le changement paléoclimatique et les premières évolutions de la vie », a déclaré Tian Gan, coauteur de l’étude, dans un communiqué.

Un article publié dans la revue Nature Communications décrit plus en détail le fossile ainsi que son importance. Selon l’étude, le fossile microscopique possède plusieurs ordres de branches, de filaments incurvés et de systèmes de ramification en forme d’échelle. C’est cette structure particulière qui a permis aux chercheurs d’identifier la découverte comme étant d’origine biologique, et non minérale. Pour trouver les fossiles, les chercheurs ont réalisé des tranches de roche suffisamment minces pour que la lumière y pénètre, a rapporté Live Science.

Ces tranches de roche ont ensuite été soumises au microscope et les chercheurs ont ainsi pu identifier des traces de carbone organique composant les fossiles. Ces traces étaient plus sombres que la roche qui l’entourait. C’est également à l’aide d’un puissant microscope que les scientifiques ont examiné les fossiles et construit des copies numériques de leurs structures. Ces copies ainsi que les analyses effectuées par les chercheurs seront notamment utilisées pour des études approfondies sur la période édiacarienne et la terrestrialisation des champignons.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de