— pcruciatti / Shutterstock.com

Malgré les nombreuses plaintes reçues par Facebook, et les tout aussi nombreuses mesures prises face à ces plaintes, les problèmes de désinformation continuent à secouer la plateforme. Dernièrement, il a notamment été constaté que l’algorithme du réseau social pousse les sceptiques vers le déni climatique.

Selon un nouveau rapport de l’ONG Global Witness, les algorithmes automatisés de Facebook poussent les climatosceptiques à lire des théories du complot de plus en plus extrêmes et des informations erronées sur le réchauffement climatique, au lieu de recommander des sources d’informations fiables. Bien évidemment, un tel comportement pousse ces individus vers un déni climatique encore plus important. Pour découvrir ce gros défaut des algorithmes de Facebook, les chercheurs ont créé deux utilisateurs de Facebook appelés Jane et John.

Le compte de Jane a été utilisé pour « aimer » des pages Facebook contenant des théories du complot affirmant que le changement climatique n’est pas réel ou n’est pas d’origine humaine. Et le compte de John a été utilisé pour aimer des pages appartenant à des organismes environnementaux réputés. Très rapidement, les algorithmes de Facebook ont recommandé à Jane du contenu niant l’existence d’un réchauffement climatique d’origine humaine. Le rapport indique également qu’une grande partie de ce contenu déploie des tactiques de guerre culturelle pour polariser le débat sur le changement climatique et diaboliser les mouvements environnementaux.

Face à ce constat, l’ONG invite Facebook à revoir ses algorithmes, et enjoint également les gouvernements et autres autorités responsables à prendre des mesures face à ce genre de problème.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Rémy XOMATOS
Rémy XOMATOS
1 mois

Une enquête de la CPI sur la manière dont les réseaux sociaux propagent la désinformation et la propagande Russe, notamment au travers des comptes des ambassades russes s’avère plus qu’urgente également