Cette étude est formelle : évitez de donner de la viande crue à votre chien et à votre chat

Avis à tous les maîtres de boules de poils ! Une nouvelle étude contre-indique de donner de la viande crue à un chat ou un chien. Même si dans son alimentation non-domestique, cet aliment en fait partie. Aussi étonnant soit-il, les chercheurs recommandent une nourriture plus industrielle.

Des risques de bactéries et parasites résistants aux antibiotiques

La tendance consistant à donner de la viande crue aux animaux est en hausse. Toutefois, ce régime alimentaire contient des risques. VetRecord a publié les résultats d’une étude des chercheurs de l’université d’Utrecht (Pays-Bas) le 12 janvier 2018. Ces derniers relatent des potentiels dangers pour les animaux dans la viande crue.

Les scientifiques ont réalisé une analyse de 35 produits surgelés sur huit marques différentes commercialisées aux Pays-Bas. Les résultats sont inquiétants : la bactérie Escherichia Coli a été isolée dans huit produits (28 %). La Listeria monocytogenes se retrouve dans 16 produits (54 %), et la Salmonella est présente dans 7 produits (20 %).

Du côté des parasites, la Sarcocystis Cruzi se retrouve dans quatre produits (11 %), et la Stennella dans quatre autres (11 %). La Toxoplasma gondii a quant à elle été identifiée dans deux produits (6 %). Ces bactéries ou parasites peuvent nuire à l’animal, mais dans certains cas, à l’Homme aussi. En effet, tout cela peut être source d’infection mais aussi de résistance aux antibiotiques…

Une recommandation de produits industriels à contre-courant de la tendance actuelle

Pour éviter une résistance aux antibiotiques, les chercheurs recommandent une alimentation industrielle avec des croquettes ou en conserve. Ce régime moins “biologiquement approprié” écarte un potentiel danger de contamination.

Cette étude est à contre-courant de la tendance actuelle du “Biologically Appropriate Raw Food” (BARF). Une mode où l’alimentation de l’animal est basée sur de la “nourriture crue biologiquement appropriée” née en Australie et qui a convaincu le reste du monde.

Les vétérinaires conseillent toutefois dans ce régime un ajout de végétal, pour ne pas creuser d’écart en vitamines et fibres.


Echouer, c’est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente.

— Henry Ford