La barre des 100 000 décès du Covid-19 aux États-Unis menace d’être dangereusement dépassée d’ici les prochains jours. Un franchissement attendu qui intervient alors que de nombreux États ont déjà entrepris d’alléger les mesures restrictives de confinement. Pendant ce temps-là, le président américain Donald Trump fait pression pour relancer l’économie, mais joue surtout… au golf.

Un franchissement imminent de la barre des 100 000 morts aux États-Unis…

Les États-Unis se rapprochent dangereusement des 100 000 morts du Covid-19. Rien que le 23 mai dernier, le pays a recensé 1 127 nouveaux cas en seulement 24 heures. Les États-Unis sont à présent le pays le plus touché par la pandémie avec 99 300 décès et 1 686 387 cas à l’heure où nous écrivons. Afin de rendre hommage aux victimes, The New York Times a d’ailleurs consacré sa une du 24 mai à la mémoire des morts du coronavirus.

Le franchissement de la barre des 100 000 décès arrive à grands pas alors que de nombreux États du pays ont déjà décidé d’alléger les mesures de confinement imposées en vue d’endiguer au mieux la pandémie. Donald Trump fait de surcroît pression pour que l’économie du pays soit relancée.

Le président a alors appelé les gouverneurs démocrates à “libérer leur État”, et ce, face au dédain de ses conseillers scientifiques. “TRANSITION VERS LA GRANDEUR”, a notamment tweeté le 23 mai au soir le président américain. Une phrase reprenant le slogan auquel il a recours pour plaider la relance de l’économie.

— Ivan Marc / Shutterstock.com

… et Donald Trump s’amuse pourtant à jouer au golf

Alors que le nombre de cas du Covid-19 ne fait que drastiquement augmenter, Donald Trump s’occupe quant à lui de jouer au golf. Une activité à laquelle il ne s’était plus consacré depuis 75 jours, comme l’on rapporté plusieurs médias américains. Deborah Birx, dirigeante de la cellule de crise de la Maison-Blanche, avait d’ailleurs invité ses citoyens “à aller dehors, jouer au golf ou au tennis avec des balles marquées, se rendre à la plage mais à plus d’un mètre de distance”.

Néanmoins, en constatant que Donald Trump joue au golf alors que les victimes se multiplient aux États-Unis, les critiques ont fusé sur les réseaux sociaux, notamment de la part de son adversaire et candidat démocrate à la présidence, Joe Biden.

« Près de 100 000 vies ont été perdues et des dizaines de millions sont sans emploi.
Pendant ce temps, le président a passé sa journée à jouer au golf. »

George Conway, avocat américain, a également émis une critique envers le président américain en tweetant une photo de la une du New York Times à côté d’une photo de Donald Trump jouant au golf.

Enfin, d’autres internautes ont rappelé que Donald Trump avait lui-même moqué Barack Obama en 2014 alors que celui-ci jouait au golf en pleine épidémie d’Ebola.

« Le président Obama a une réunion importante sur l’épidémie d’Ebola à New York, avec des personnes venant de partout dans le pays, mais il a décidé de jouer au golf ! »

5
COMMENTEZ

avatar
3 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
Alain SmeekensGUINORKARINE PARATJean-Marie LAPARRA Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Jean-Marie LAPARRA
Membre
Jean-Marie LAPARRA

Mais arrêtez donc cette Trump-phobie stérile et idiote ! Les 100 000 morts aux USA sont loin d’être équivalent aux 28000 chez nous au million d’habitants. Et il y en a d’autres qui vont faire les cacous devant les caméras en mentant effrontément, par exemple sur le gestion « parfaite » des masques !

KARINE PARAT
Invité
KARINE PARAT

Salut, c’est sur que quand on voit des chiffres au lieu de personne….On explique avec beaucoup d’aplomb « Les 100 000 morts aux USA sont loin d’être équivalent aux 28000 chez nous au million d’habitants.  » Prenez soin de vous, histoire que on ne rajoute pas un 1.

GUINOR
Membre
GUINOR

En effet la population des USA est presque 7 fois plus élevée que la notre, donc pas de cocorico d’autant plus que que notre système de soins et de protections sociale est sensée être d’un niveau supérieur au leur.

Alain Smeekens
Invité
Alain Smeekens

Obama avait une réunion importante est il écrit, donc oui il y a de quoi s’insurgé mais dans ce cas présent que devrait il faire, aller prié à l’église, ce tapé une secrétaire comme Clinton et toi le journaliste que fait tu de ton temps libre?