esclaves Egypte
© The Trustees of the British Museum (CC BY-NC-SA 4.0)

Dans l’Égypte ancienne, on utilisait probablement de petits fers à marquer sur la peau des esclaves. Cette découverte se base sur plusieurs textes anciens, des illustrations ainsi que des fers à marquer en bronze vieux de plus de 3 000 ans.

Le marquage sur les animaux a été écarté

Des chercheurs ont découvert, en Égypte, des fers à marquer qui étaient utilisés il y a 3 000 ans sur les esclaves. Ils ont publié les résultats de leur étude dans la revue The Journal of Egyptian Archaeology. Dans un premier temps, les scientifiques ont écarté l’hypothèse que ces fers aient été utilisés pour marquer des animaux.

D’après Ella Karev, égyptologue à l’université de Chicago et auteure de l’étude, ces fers sont « si petits qu’ils ne peuvent pas être utilisés sur du bétail ou des chevaux ». Bien qu’elle n’exclue pas totalement cette possibilité, elle ajoute que « nous n’avons aucune preuve que de petits animaux comme des chèvres soient marqués et il y a tellement de preuves que des humains soient marqués ».

A titre de comparaison, les directives modernes de marquage du bétail exigent une marque de 10,6 centimètres de long au minimum afin que la cicatrice soit toujours visible même si un veau grandit. Pourtant, les fers à marquer, maintenant exposés au British Museum, font le tiers de cette taille.

Egypte esclaves
© Mike Knell / Wikimedia Commons

Des outils utilisés pour marquer les esclaves et non pour les tatouer

Certains des anciens fers à marquer égyptiens ont presque exactement la même taille que ceux utilisés par les Européens sur les esclaves africains plusieurs siècles plus tard, a déclaré Ella Karev.

D’anciens textes égyptiens parlent également de « marquer » les esclaves. On pensait que c’était une référence à la pratique du tatouage. Mais des recherches indiquent que le tatouage dans l’Égypte ancienne était presque exclusivement pratiqué sur des femmes et à des fins religieuses.

« Faire un tatouage à la main [sans machine] prend beaucoup de temps et demande beaucoup de compétences et le faire à grande échelle n’est pas facilement faisable », a déclaré Karev. C’est pourquoi, il est plus logique de penser qu’il s’agit de marquage sur les illustrations et non de l’application de tatouages.

Et vous, que pensez-vous de cette découverte ? Pour aller plus loin, découvrez 10 faits surprenants sur l’Égypte ancienne.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments