Cette surprenante découverte a créé un conflit entre l’Espagne et la Colombie. Les deux États se disputent la propriété d’un ancien navire naufragé. À savoir que ce dernier renfermerait un trésor d’une valeur de 17 milliards de dollars. Ce navire n’est autre que le San José, un galion de la couronne espagnole qui avait été coulé le 8 juin 1708 par les forces navales anglaises durant la bataille de Baru. Ce navire transportait 200 tonnes d’or, d’argent ainsi que des pierres précieuses en direction de l’Espagne. Jusqu’à aujourd’hui, l’épave du San José serait parfaitement conservée au fin fond de la côte colombienne.

La découverte de l’épave du San José

Alors que le navire avait coulé en 1708, il n’a été découvert qu’en 2015 par la marine colombienne. Il a été exploré par un véhicule sous-marin télécommandé mais pour éloigner les chasseurs de trésors, son emplacement a été caché au grand public. En juin, une nouvelle image de l’épave a fait surface montrant qu’elle était encore intacte malgré le nombre d’années passé sous les vagues. De plus, la plupart des trésors y sont aussi en parfait état, que ce soient les lingots d’or ou la vaisselle en porcelaine.

Le San José regorge de trésors. D’après les historiens, le navire transportait 200 tonnes d’or, mais aussi des bijoux. Le navire naviguait en direction de l’Espagne lorsqu’il a été intercepté par la marine britannique. L’équipage du San José tentait de fuir l’attaque des Anglais mais les poudres de canon qu’ils transportaient ont explosé, faisant couler le navire et ses 600 membres d’équipage.

La Colombie revendique la propriété du navire ainsi que son trésor

Le lieu du naufrage n’a jamais été déterminé. Ce n’est qu’en 1980 que la marine américaine l’avait localisé. Selon le droit international, ce navire appartiendrait intégralement à l’Espagne, pourtant le gouvernement colombien a refusé de le céder. En effet, il a affirmé que ce sont des archéologues colombiens qui ont découvert le navire. De plus, l’épave aurait été trouvée le long des côtes colombiennes, c’est-à-dire près de la péninsule de Barú au sud de Carthagène.

En dépit du conflit opposant la Colombie et l’Espagne pour ce navire, l’UNESCO avait déclaré en 2018 que la Colombie ne devait pas s’approprier l’épave. Mais cette dernière a refusé et a affirmé que l’épave et tout son trésor lui appartenaient. Le site est donc bien gardé par la marine colombienne et il est devenu un site du patrimoine mondial.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments