— HQuality / Shutterstock.com

Entendre avec les yeux : voilà un concept des plus intrigants ! On sait qu’avec les vibrations, les tympans transforment les perturbations de l’air en sons bien distincts. Mais selon cette étude, parue dans le Journal of the Association for Research in Otolaryngology le 2 décembre 2019, les yeux, avec la dilatation des pupilles, ont aussi un rôle à jouer dans l’audition. 

Une découverte totalement accidentelle

En 1998, des chercheurs de l’université d’Oregon située aux États-Unis ont remarqué que les yeux n’étaient pas insensibles aux ondes sonores. En effet, dans le cadre d’un projet visant à étudier le traitement des sons par l’Effraie des clochers, une chouette mondialement répandue, les deux hommes espéraient découvrir de quoi améliorer les appareils auditifs des personnes sourdes et malentendantes. Ils observent alors un fait intéressant : les pupilles de ces rapaces se dilatent dès lors que les oiseaux entendent un son soudain et inattendu.

Une question se pose alors : ce phénomène de dilatation involontaire des pupilles est-il également présent chez l’humain ? Si c’était le cas, « ce serait un excellent moyen d’évaluer l’audition des personnes qui ne peuvent pas répondre en appuyant sur un bouton, en levant la main ou en parlant, comme les bébés, les enfants plus âgés ayant des déficits de développement et les adultes qui souffrent d’un trouble incapacitant ou qui sont trop malades pour répondre« , explique dans un communiqué Terry Takahashi, qui a dirigé le projet.

Vers la mise en place de nouveaux tests auditifs

Les deux chercheurs ont donc orienté leur projet. Ils ont mis en place de façon simultanée une technologie de suivi oculaire et des examens auditifs traditionnels sur 31 adultes dans une pièce calme. Les participants devaient fixer un point sur un prompteur pendant 4 secondes. Un son était ensuite ajouté au bout de la première seconde. À l’issue des 4 secondes, le prompteur affichait alors un point d’interrogation à la place du point, ce qui marquait la fin du suivi oculaire. La dilatation observée avait une latence relativement courte d’environ 0,25 seconde et s’échelonnait en fonction de l’amplitude du son.

Le sujet porte des écouteurs et est assis en face d’un écran d’ordinateur (95 cm), d’un clavier, d’une matrice LED IR et d’une caméra sensible IR. La tête du sujet est stabilisée au niveau du menton et du front. L’écran affiche un point rouge qui se transforme en point d’interrogation, qui invite le sujet à appuyer sur une touche si un son est détecté et sur une autre touche si aucun son n’est détecté. La pupille gauche du sujet est surveillée par une caméra —Avinash Bala, Elizabeth Whitchurch & Terry Takahashi / SpringerLink
Séquence d’évènements au cours de l’essai. Lors de la fixation du regard sur le petit cercle sur l’écran d’ordinateur, la pupille du sujet est visualisée en vidéo (vert) et la taille de la pupille est lue à voix haute par le logiciel Evelink. Un son (bleu) est produit 1,5 seconde après le début de l’imagerie vidéo. La diffusion du son est nerveuse pour éviter les réponses pupillaires en prévention d’un son. Le cercle se transforme en point d’interrogation, ce qui incite le sujet à répondre dans les 2 secondes (violet) s’il détecte un son. Avinash Bala, Elizabeth Whitchurch & Terry Takahashi / SpringerLink

Les résultats de cette expérience ont révélé qu’en suivant la dilatation des pupilles, il est possible de développer une nouvelle méthode de tests auditifs pour les personnes ne pouvant pas communiquer si elles ont bien entendu le son ou non. Il s’agirait donc de mettre au point une méthode alternative de tests auditifs en maintenant le suivi de la réponse de dilatation pupillaire, qui n’exige aucune déclaration volontaire de la part du sujet ou du patient.

“Si nous n’avions pas travaillé avec des hiboux, nous n’aurions pas été au courant de cette possible technique de diagnostic humain, a déclaré Avinash Bala, un des chercheurs. C’est un très bon exemple de la façon dont la recherche basée sur les animaux peut profiter au progrès du diagnostic humain.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de