Entre 1957 et 1971, l’est de l’île de Jersey vit sous une menace constante : la Bête de Jersey. Pendant près de 10 ans, un homme, portant un masque semblable à de la peau fondue, terrorise et viole femmes et enfants. Cet homme n’est autre qu’Edward Paisnel, un père de famille somme toute normal. Découvrez l’histoire horrible de « la Bête de Jersey ».

Qui était Edward Paisnel ?

Edward Paisnel est né en 1925, à Jersey, une petite île anglo-normande à quelques kilomètres du département de la Manche (50). Issu d’une famille aisée, le jeune Edward entre tout juste dans l’adolescence lorsque le Royaume-Uni déclare la guerre à l’Allemagne en 1939. Alors que l’île de Jersey est sous occupation allemande, le jeune homme va être condamné une première fois. Non pour un crime atroce, mais parce qu’il volait de la nourriture pour les plus démunis. De prime abord, Edward Paisnel était un homme ordinaire : il vivait à l’est de l’île de Jersey avec sa femme Joan et ses enfants, et était ouvrier en bâtiment. Il faisait du bénévolat dans un foyer pour enfant. Un jour, il s’était même déguisé en père Noël pour amuser les enfants. En somme, Edward était presque un sain aux yeux des autres.

Néanmoins, Edward cachait une réelle part d’ombre : il terrorisait, agressait et violait femmes et enfants. Edward Paisnel était aussi sataniste. En effet, il possédait un autel noir fait maison dans une grange, orné de nombreux symboles occultes, de livres obscurs, et il semblerait même qu’il s’adonnait à des rituels et sacrifices d’animaux avant de partir à la « chasse ». Par ailleurs, il avait aussi une adoration pour Gilles de Rais, ce riche baron français et héros de guerre qui a inspiré le conte de Barbe bleue à Perrault, mais qui, lui aussi, s’adonnait à des pratiques satanistes et de magie noire, violait et tuait des enfants.

La naissance de la Bête de Jersey

Edward Paisnel commit son premier viol en 1957, alors qu’il est âgé de 32 ans. Sa victime était une jeune femme qui attendait le bus. Il l’agressa, l’emmena dans un champ, l’attacha avec une corde avant de la violer et de la laisser sur le bord de la route. Ainsi, pendant deux ans, Edward Paisnel reprit exactement le même schéma. Soudain, il changea de rituel. Il ne trouvait plus ses victimes aux arrêts de bus, mais directement chez elles. Dès 1960, Edward commença à s’introduire dans une maison au hasard, la nuit tombée, emmenait femme ou enfant à l’extérieur de la maison avant de les violer et de les sodomiser. Pendant onze années, il réitéra et agressa plus de 13 femmes et enfants. Sans distinction d’âge ou de sexe (pour les enfants).

Ainsi, portant un masque, semblable à de la peau brûlée, des bracelets cloutés, une perruque et un imperméable noir, Edward terrorisa les habitants. Les témoignages variaient très peu, tous décrivaient le masque effrayant de la Bête de Jersey. Les récits et les blessures des victimes étaient extrêmement similaires. La police conclut donc qu’il y avait un seul et unique agresseur. L’homme recherché avait entre 40 et 45 ans, mesurait environ 1 mètre 67, et avait une forte odeur de moisi. La police demanda alors à tous les hommes adultes de prendre leurs empreintes. Chacun avait le droit de refuser, et seulement 13 hommes ont accepté.

Dans un premier temps, le principal suspect était Alphonse Le Gastelois. Les habitants, persuadés que Le Gastelois était le violeur, incendièrent sa maison. Mais lorsqu’il prit la fuite, et que les viols continuèrent, force était de constater qu’il n’était pas la Bête de Jersey.

Arrestation et condamnation

Edward Paisnel aurait pu continuer longtemps, car peu de personnes le soupçonnaient. Il avait même envoyé une lettre à la police, se vantant qu’elle n’arriverait jamais à l’attraper. Pourtant, c’est bien ce qui arriva. En effet, Edward Paisnel a été arrêté après avoir grillé un feu rouge, dans une voiture volée, et s’être retrouvé bloqué dans un champ. Le 17 juillet 1971 fut donc le jour de l’arrestation de la Bête de Jersey. En fouillant sa voiture, les enquêteurs trouvèrent la tenue complète de la Bête. Pour expliquer cette tenue, Edward dit qu’il était en route pour une orgie. Bien entendu, la police ne le crut pas, et fit une perquisition chez lui. Ainsi, ils découvrirent sa petite pièce secrète et malodorante avec son autel satanique.

Le procès de Paisnel eut lieu le 29 novembre 1971. Il aura fallu au jury seulement 38 minutes de délibération pour le déclarer coupable. Edward Paisnel a été condamné à 30 ans de prison, mais sortira en 1991 pour bonne conduite. Trois ans plus tard, il décédera des suites d’une crise cardiaque.

Des années après, des témoignages et des preuves de ses agressions dans plusieurs foyers pour enfants ont continué de faire surface.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Marc MELZESSARD
Marc MELZESSARD
3 mois

Un ancêtre d’Edwy Plenel? La bête des politiques