Jakapil kaniukura
Vue d’artiste de Jakapil kaniukura — © Mauricio Álvarez and Gabriel Díaz Yanten (paleogdy)

Si la plupart des dinosaures cuirassés connus étaient des créatures quadrupèdes massives, des paléontologues ont récemment décrit une espèce atypique. De la taille d’un chien, ses représentants se pavanaient sur deux pattes.

Jakapil kaniukura

Herbivores reconnaissables à leur peau couverte de pointes et de plaques osseuses protectrices, les thyréophores étaient l’un des groupes de dinosaures les plus imposants et visuellement impressionnants. Bien plus petit que ses plus illustres parents, incluant le stégosaure et l’ankylosaure (reconnaissable à sa queue en forme de massue), Jakapil kaniukura ne mesurait que 1,5 m de long et ne pesait que 4 à 7 kg. Plus étrange encore, cette créature était bipède et possédait de minuscules bras semblables à des ailes de poulet.

« L’armure unique de J. kaniukura protégeait cette zone vulnérable des attaques des prédateurs », explique Sebastián Apesteguía, auteur principal de l’article décrivant la nouvelle espèce, paru dans la revue Scientific Reports. « Les os conservés des bras nous montrent que ces derniers étaient minuscules, une caractéristique jamais observée chez le reste des thyréophores, dont la grande majorité étaient quadrupèdes. »

Le minuscule dinosaure cuirassé était doté de larges dents en forme de feuille, lui permettant de broyer la matière végétale, et possédait également une mandibule unique et relativement courte, dont la partie inférieure était parcourue par une large crête.

Jakapil kaniukura
Os crâniens et silhouette de Jakapil kaniukura — © Riguetti et al. / Scientific Reports 2022

Un probable chaînon manquant

La particularité la plus frappante de J. kaniukura reste sans doute sa place dans l’arbre généalogique. Selon Apesteguía, il constituerait vraisemblablement le chaînon manquant entre les premiers dinosaures thyréophores et les divers groupes de stégosaures et d’ankylosaures ultérieurs, ayant évolué vers la quadrupédie à mesure qu’ils devenaient plus blindés et massifs.

« Le seul autre membre bipède connu de cette famille était le Scutellosaurus, qui vivait au début de la période jurassique, il y a quelque 196 millions d’années, dans ce qui est aujourd’hui les États-Unis », souligne le paléontologue.

J. kaniukura arpentait la Patagonie environ 100 millions d’années plus tard, ce qui implique qu’il s’agissait d’un membre d’une ancienne lignée basale de thyréophores ayant perduré jusqu’au Crétacé, bien après l’évolution et l’extinction de parents comme le stégosaure. Le fait qu’il s’agisse de l’un des rares thyréophores découverts en Amérique du Sud indique également que ces créatures étaient plus répandues qu’on ne l’estimait jusqu’à présent.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments