— Stockbusters / Shutterstock.com

Dans l’une des plus importantes études jamais réalisées sur le sujet, des chercheurs de l’université de Birmingham ont découvert que les maladies des gencives étaient associées à un risque accru de développer des maladies cardiovasculaires et auto-immunes.

Des résultats surprenants

Ces dernières années, un certain nombre d’études épidémiologiques ont établi des corrélations entre les maladies parodontales et d’autres affections. L’hypertension, en particulier, a été fréquemment liée à une mauvaise santé bucco-dentaire, mais des recherches ont également mis en évidence des liens entre les maladies gingivales et les maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer.

Publiés dans la revue BMJ Open, ces nouveaux travaux ont impliqué l’examen des dossiers médicaux de plus de 64 000 patients souffrant de maladies parodontales, qui ont été comparés à ceux de 250 000 sujets appariés sur le plan démographique, ne présentant aucun antécédent de maladie parodontale.

Une moyenne de trois ans et demi de données de suivi a été prise en compte pour chaque sujet. L’objectif étant de mieux cerner les affections apparaissant dans les populations présentant des maladies gingivales préexistantes. Bien entendu, cela ne confirme pas la causalité mais établit au moins que la mauvaise santé bucco-dentaire suivie dans cette analyse spécifique précède l’apparition d’autres maladies.

— Minerva Studio / Shutterstock.com

Au cours de la période de suivi, les sujets atteints d’une maladie parodontale étaient 33 % plus susceptibles de développer une maladie auto-immune (comme l’arthrite ou le psoriasis) et 18 % plus susceptibles de développer une maladie cardiovasculaire (y compris un AVC ou une insuffisance cardiaque). De façon plus surprenante, les maladies des gencives ont également été associées à un risque accru de 37 % de troubles psychiques, notamment de dépression et d’anxiété.

Une corrélation à la fois comportementale et immunologique

Cette étude étant purement observationnelle, les chercheurs ne peuvent que spéculer sur un éventuel mécanisme de causalité entre les maladies des gencives et les problèmes de santé systémiques. Bien que certaines associations entre la santé bucco-dentaire et les maladies soient bien établies, comme la relation bidirectionnelle entre la parodontite et le diabète de type 2, d’autres restent encore très floues, notamment le lien entre la santé mentale et les maladies des gencives.

Les chercheurs notent clairement qu’une telle corrélation est probablement à la fois comportementale et immunologique. S’il est probable qu’une mauvaise santé bucco-dentaire (comme l’halitose ou la perte de dents) puisse renforcer l’anxiété sociale, il existe également des preuves que les infections bucco-dentaires exacerbent les réponses inflammatoires qui entraînent des changements distincts dans l’activité du système immunitaire dans le cerveau.

Quoi qu’il en soit, de tels résultats confirment l’importance de maintenir une bonne santé bucco-dentaire. « L’idéal serait d’effectuer des visites régulières chez le dentiste et d’améliorer la communication entre dentistes et médecins généralistes, en tenant compte du fait que la santé bucco-dentaire peut être intrinsèquement liée à des problèmes de santé plus généraux », conclut Krish Nirantharakumar, auteur principal de l’étude.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de