— © Sonia Díaz-Navarro et al. / Scientific Reports 2022

De récentes analyses ont conduit à la mise en évidence de la plus ancienne preuve connue de chirurgie de l’oreille, pratiquée sur une femme âgée il y a environ 5 300 ans, dans ce qui est aujourd’hui le nord de l’Espagne.

Deux opérations distinctes

Publiée dans la revue Scientific Reports, l’étude porte sur un crâne découvert en 2018 parmi les restes d’une centaine de personnes dans le dolmen d’El Pendón. Composée de deux pierres verticales soutenant une pierre plate et horizontale, cette sépulture à chambre unique est située à Reinoso, ville de la province espagnole de Burgos, et a été utilisée entre 3800 et 3000 avant notre ère.

Le crâne de la femme présente des traces de deux procédures distinctes. La première a été réalisée sur l’oreille droite, probablement pour traiter une infection urgente, et la seconde, qui visait l’oreille gauche, plusieurs mois voire plusieurs années plus tard. La croissance osseuse autour des perforations indique que la femme a survécu aux deux opérations.

L’emplacement des incisions suggère que la patiente a subi une mastoïdectomie, intervention chirurgicale entreprise pour traiter une infection des os mastoïdes, qui aident à réguler la pression de l’oreille et à protéger ses structures délicates. Si elle n’avait pas été traitée, l’infection aurait pu se propager aux poches d’air de ces structures osseuses, les remplissant de matériel infecté et créant des conditions potentiellement mortelles (méningite, caillots sanguins…).

L’une des deux incisions pratiquées — © Sonia Díaz-Navarro et al. / Scientific Reports 2022

« Dans ce cas, le chirurgien préhistorique a localisé la source du problème, probablement parce que l’infection était évidente à l’œil nu, et est intervenu avec succès, comme le prouve la régénération osseuse observée dans les deux os mastoïdes », écrivent les chercheurs. « Cette découverte suggère que certains individus disposaient déjà de connaissances anatomiques relativement avancées à l’époque. »

Une procédure préhistorique extrêmement douloureuse

Avant l’arrivée des antibiotiques au XXe siècle, la mastoïdectomie était relativement courante pour traiter les infections de l’oreille. Si ses premières descriptions écrites remontent au XVIIe siècle, jusqu’à la découverte du crâne espagnol, les plus anciennes preuves physiques d’une telle opération dataient de la période proto-byzantine (entre 330 et 824 de notre ère).

Ayant impliqué un « forage circulaire et abrasif progressif du crâne », la procédure chirurgicale effectuée il y a 5 300 ans aurait évidemment été bien plus douloureuse que les mastoïdectomies modernes. Selon les chercheurs, la patiente aurait sans doute consommé préalablement des substances psychotropes et été maintenue au sol par des membres de la communauté durant l’opération.

Une lame en silex a également été découverte dans le dolmen. Il s’est avéré que l’outil préhistorique avait été chauffé plusieurs fois à des températures allant jusqu’à 350 °C, ce qui suggère qu’il était utilisé pour cautériser des plaies.

Le crâne étudié par les chercheurs — © Sonia Díaz-Navarro et al. / Scientific Reports 2022
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments