— Joop Snijder Photography / Shutterstock.com

Nous le savions déjà, les chiens sont des animaux particulièrement intelligents, intuitifs et empathiques. Mais les chiens sont encore plus impressionnants qu’on le pensait puisqu’une nouvelle étude a montré qu’ils sont également capables de distinguer les langues étrangères ainsi que les mots qui n’ont aucun sens.

Une étude bercée par l’histoire du livre Le Petit Prince

Nombreux sont ceux qui affirment que les chiens sont les meilleurs amis de l’Homme, et ils ont raison à bien des égards. En effet, les chiens peuvent être des compagnons très serviables, réconfortants et aimants pour les êtres humains, et c’est possible grâce à leurs nombreux talents. Récemment, des chercheurs de l’université Eötvös Loránd de Budapest, en Hongrie, ont découvert une autre de leurs capacités extraordinaires. Selon l’étude publiée dans la revue NeuroImage, les chiens sont dotés de la capacité de savoir si leur maître parle sa langue natale ou une langue étrangère.

L’étude suggère également qu’ils sont capables de savoir si des mots n’ont aucun sens. Pour aboutir à ces conclusions, les chercheurs ont fait écouter à un groupe de 18 chiens – âgés de 3 à 11 ans, et appartenant à des races différentes – des enregistrements de l’histoire « Le Petit Prince » en espagnol et en hongrois, ainsi qu’une série de mots qui n’ont aucun sens. Il est important de préciser que 2 des 18 sujets connaissaient l’espagnol, mais n’avaient jamais entendu la langue hongroise. Les 16 autres connaissaient bien le hongrois, mais n’avaient jamais entendu l’espagnol.

Le cerveau de chacun des chiens a été analysé par imagerie par résonance magnétique à chaque séance d’écoute. Les résultats des IRM ont montré que les schémas d’activité du cerveau étaient différents lorsqu’un chien écoutait une langue familière, une langue étrangère et des mots qui n’ont aucun sens. Ces schémas d’activités étaient notamment localisés dans le cortex auditif secondaire et le gyrus précentral, les zones du cerveau respectivement associées au déchiffrement de la parole et à l’émotion retranscrite dans la voix. Autrement dit, indifféremment à la langue parlée, le chien essaie de savoir à qui appartient la voix et quelle émotion elle veut transmettre, a rapporté Slate.

— Standret / Shutterstock.com

Une découverte linguistique unique dans le monde animal

« Le cerveau du chien, comme le cerveau humain, peut faire la distinction entre la parole et la non-parole. En plus de la détection de la parole, le cerveau des chiens pourrait également faire la distinction entre l’espagnol et le hongrois », a déclaré Raúl Hernández-Pérez, coauteur de l’étude, dans un communiqué. Les chercheurs ont en effet noté que peu importe la langue que les chiens écoutaient, ils pouvaient faire la différence entre les mots absurdes et les mots qui ont un sens. Mais contrairement aux cerveaux humains, qui ont des processus neuronaux réglés pour la parole, ceux des chiens ont probablement répondu à la régularité auditive.

Plus encore, les chercheurs ont également découvert que les chiens plus âgés pouvaient mieux distinguer les langues. « Il semble que plus un chien vit longtemps avec ses humains, mieux il apprend le son de leur langage », explique un résumé vidéo de la recherche. Les chercheurs sont très enthousiasmés par cette découverte, surtout dans la mesure où c’est la toute première fois qu’il a pu être démontré qu’une espèce non primate avait une capacité linguistique spontanée. C’est également la première fois qu’il a été montré qu’un cerveau non humain peut faire la distinction entre deux langues.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments