Pour satisfaire une nouvelle mode, des chevaux sont cruellement déformés par l’Homme

Depuis que l’Homme domestique des animaux, il a croisé les espèces afin d’en tirer le meilleur parti possible que ce soit en termes de compétences ou de beauté. Très présente chez les chiens et les chats, ces croisement sont aussi légion dans l’univers hippique. Cependant, une nouvelle tendance visant à créer des chevaux semblant sortis de cartoons effraient, et notamment Danny Chambers, un éminent vétérinaire britannique.

 

UNE CARACTÉRISTIQUE RECHERCHÉE

Si les chevaux font l’objet de croisement depuis les siècles en vue d’obtenir des animaux toujours plus rapides, les croisements esthétiques sont plus récents. Les propriétaires souhaitent désormais avoir un cheval qui se démarque par sa beauté et des caractéristiques physiques atypiques. Des qualités que l’on retrouve chez une race de cheveux bien connue dans le monde des croisements : les chevaux arabes.

Connus pour leur sang chaud et leur vitesse, ces chevaux ont aussi un visage légèrement bombé. Ce détail est actuellement très demandé par les propriétaires américains et les éleveurs n’hésitent pas à croiser les races afin d’obtenir un cheval ayant la même caractéristique qu’un pur sang arabe. De ce croisement est ainsi né un jeune mâle possédant un os frontal supérieur déformé et une crâne difforme. Un exemple qui est de plus en plus tendance et qui effraie les vétérinaires comme Danny Chambers, qui dénonce ces pratiques très risquées pour les animaux. D’ailleurs, plusieurs vétérinaires se sont insurgées dans la revue Veterinary Record.

 

A QUELS RISQUES S’EXPOSENT LES ANIMAUX NÉS DE CES CROISEMENTS ?

Déformer le crane d’un cheval pour des raisons purement esthétiques représente un vrai risque pour sa santé car les chevaux sont des animaux qui respirent uniquement via leurs nasaux. Il leur est impossible de respirer par la bouche. Or, plus un cheval a le visage bombé, plus ses voies nasales peuvent être rétrécies, réduisant considérablement la circulation de l’air. Le cheval a alors beaucoup de mal à trotter, galoper, sauter ou même être monté.

Les problèmes respiratoires ne concernant d’ailleurs pas que les chevaux nés de croisements mais aussi d’autres animaux comme les chiens (en particulier les carlins et les bouledogues français). Chez ces espèces, des problèmes oculaires, des maladies de peau et des problèmes neurologiques ont également été observés. Autant de complications auxquels les chevaux pourraient également être confrontés.

 

QU’EST CE QUI EST FAIT POUR LUTTER CONTRE CETTE TENDANCE ?

Le public comme les propriétaires sont rarement au courant des conséquences parfois catastrophiques que peuvent avoir les croisements sur un animal. Les vétérinaires souhaitent donc éduquer au mieux les personnes désirant avoir ce type de cheval.

L’objectif est avant tout de leur montrer que l’élevage destiné à l’obtention de caractéristiques particulières doit être suivi par un spécialiste voire nécessiter une intervention pour que l’animal puisse vivre normalement. Le but est aussi d’alerter l’opinion public en posant une question souvent ignorée : est-il normal que des animaux souffrent simplement car nous désirons avoir un animal mignon ?


Celui qui connaît l’art de vivre avec soi-même ignore l’ennui

— Erasme