vampire

La chauve-souris et le vampire sont deux créatures qui ont souvent été mises en relation dans l’imaginaire collectif. Mais quelle est l’origine de cette relation ? Quels sont les éléments scientifiques et culturels qui ont influencé cette image ? Cet article propose de découvrir l’origine de la connexion entre la chauve-souris et le vampire.

Une confusion scientifique

Au XVIIIe siècle, les traités d’histoire naturelle se sont développés, mais ils n’étaient pas toujours fiables. Certains naturalistes ont classé des espèces de chauves-souris comme des “vampires” ou des “carnivores” à cause d’une simple ressemblance physique, sans examiner leur régime alimentaire.

C’est le cas de Carl von Linné – Linnaeus – qui, en 1758, a décrit une nouvelle espèce trouvée en Équateur : le spectre de Vampyrum. Il s’agit en fait d’un “faux vampire”, qui ne se nourrit pas de sang, mais l’erreur du célèbre naturaliste a nourri le fantasme collectif.

En réalité, il n’existe que trois genres de chauves-souris qui se nourrissent exclusivement de sang, les Desmodinae, qui appartiennent à la famille des Phyllostomatidae. Ces espèces sont toutes originaires d’Amérique du Sud, très loin de l’Europe de l’Est où les chroniques situent les vampires.

Les zoologistes pensent que ces chauves-souris ont développé cette habitude alimentaire par un processus évolutif spécifique, et qu’elles ont un ancêtre commun.

Une association culturelle

L’idée que les chauves-souris soient des vampires vient aussi d’une combinaison étrange entre la science, la culture et l’anthropologie. De nombreux intellectuels ont utilisé l’existence de ces “rats volants” nocturnes qui parasitaient d’autres animaux comme une “preuve vivante” que le vampirisme était possible pour un mammifère.

Et qu’il était possible de survivre en se nourrissant du sang des autres. Peu importait que ce lien entre vampires et chauves-souris suceuses de sang soit le fruit d’une biologie fantaisiste et décontextualisée.

Il faut se rappeler que, depuis l’Antiquité, on croyait que le sang, l’âme et la vie étaient liés. Le fait de boire le sang d’un autre être était donc considéré comme une perversion ou un maléfice.

Les chauves-souris, pleines de mythes et de fables depuis l’époque d’Ulisse Aldrovandi (1522-1605) jusqu’à celle de Georges Cuvier (1769-1832), ont fortement stimulé l’imagination des voyageurs, des écrivains et des artistes du monde entier aux XVIIIe et XIXe siècles.

Cela a contribué à répandre parmi le peuple d’innombrables erreurs, non seulement sur la nature et le mode de vie de ces mammifères, mais aussi, par simple association d’idées, sur la question même du vampirisme.

Une mauvaise réputation ancestrale

La chauve-souris a souvent été mal vue en Occident. Son apparence étrange, son mode de vie nocturne et sa capacité à transmettre des maladies infectieuses lui ont valu une mauvaise réputation. Seule la Chine lui a accordé un certain prestige.

Déjà dans l’Antiquité, Ovide racontait dans ses Métamorphoses comment Hermès transforma une fille coupable du roi Minias en une chauve-souris effrayante.

Les créateurs de Batman ont choisi cet animal pour faire peur aux criminels et faire de Bruce Wayne le “seigneur de la nuit”.

Les chauves-souris ont été associées depuis l’Antiquité à toutes sortes de démons, de perversions et de maléfices. Elles ont été considérées comme des manifestations du vampire, ou comme des êtres capables de se métamorphoser en vampire.

chauve-souris
— © Uwe Schmidt / Wikimedia Commons

Une réalité différente

En réalité, les données qui semblent soutenir l’idée d’une alimentation sanguine du vampire balkanique sont basées sur des interprétations erronées.

Dans la plupart des traditions qui nous sont parvenues, ce n’est pas le sang des victimes qui manquait, mais le sang qui coulait de la bouche du vampire exhumé.

Mais ce sang n’était pas celui des autres, mais le sien. Il s’agissait de fluides issus du processus de décomposition cadavérique, qui imprégnaient le linceul ou entouraient le corps.

De même, l’aspect “rougeaud” ou “gros” du vampire n’était pas dû à sa gourmandise, mais à des manifestations normales du processus de décomposition cadavérique, mal comprises à l’époque.

Mais il est plus amusant de raconter des légendes. Et les chauves-souris, avec leur aspect et leur mode de vie étranges, étaient une option idéale pour créer une atmosphère exotique et terrifiante, très appréciée par l’esthétique gothique. Pour aller plus loin, voici l’histoire vraie qui se cache derrière le mythe de Dracula.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments