Cellules zombies
— RealCG Animation Studio / Shutterstock.com

Jusqu’à présent, il y a un consensus selon lequel les cellules sénescentes figurent parmi les éléments les plus nocifs de notre corps. Pourtant, selon une nouvelle étude, il existe une possibilité selon laquelle elles pourraient être bénéfiques en contribuant à la guérison des tissus endommagés.

L’élimination des cellules sénescentes peut ralentir le processus de guérison

La sénescence cellulaire fait référence à un état d’arrêt stable du cycle cellulaire. Ce phénomène se traduit notamment par l’arrêt de la division cellulaire, et les cellules en sénescence – appelées cellules sénescentes ou cellules zombies – deviennent résistantes aux stimuli favorisant la croissance, généralement en réponse à des dommages à l’ADN. La recherche a maintes fois montré que ces cellules zombies sont particulièrement nocives. Elles peuvent notamment endommager les cellules saines et, par conséquent, les différents tissus de notre corps.

Les cellules sénescentes ont notamment été associées à certaines maladies graves liées au vieillissement, comme l’arthrite, la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer et différentes formes de cancer. Ainsi, de manière générale, on peut affirmer que les cellules zombies sont dangereuses. Pourtant, une nouvelle étude réalisée par les chercheurs de l’université de Californie à San Francisco va à contre sens et suggère que les cellules sénescentes contribuent en fait à la guérison des tissus endommagés.

En effet, selon les résultats de l’étude publiée dans la revue Science, toutes les cellules sénescentes ne sont pas des cellules zombies qu’il faut absolument éliminer pour prévenir les maladies liées à l’âge. Les chercheurs ont notamment constaté qu’un traitement pour des lésions pulmonaires avec un médicament sénolytique qui vise à éliminer les cellules sénescentes provoquait un ralentissement du rétablissement chez les animaux.  

Cellules zombies
© NIH Image Gallery / Flickr

Les cellules zombies sont à la fois utiles et nocives

D’après les chercheurs, cela s’explique par le fait que les cellules sénescentes sont des « sentinelles qui surveillent les tissus pour détecter les blessures et réagissent en stimulant les cellules souches voisines pour qu’elles se développent et initient la réparation ». Ainsi, même s’il est vrai que l’élimination des cellules zombies aide à prévenir et à ralentir l’occurrence des maladies liées à l’âge, il faut agir avec prudence, car il est tout aussi vrai que ces cellules sont en fait plus utiles qu’on ne le pense.

« Notre étude suggère que les sénolytiques pourraient affecter négativement la réparation normale des tissus, mais ils ont également le potentiel de cibler des maladies où les cellules sénescentes entraînent un comportement pathologique des cellules souches », a déclaré Tien Peng, auteur principal de l’étude, dans un communiqué. Étant donné les résultats de leur étude, les chercheurs ont souligné l’importance de continuer les recherches sur les cellules sénescentes afin de développer des médicaments qui ciblent spécifiquement les cellules zombies nocives.

« Ces découvertes soulignent la nécessité de développer de meilleurs médicaments et de petites molécules qui cibleront des sous-ensembles spécifiques de cellules sénescentes impliquées dans la maladie plutôt que dans la régénération », a ainsi conclu Leanne Jones, coauteure de l’étude.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments