casque-vr
— Ground Picture / Shutterstock.com

Palmer Luckey, fondateur de la société Oculus, prétend avoir mis au point un prototype de casque VR équipé de charges explosives se déclenchant lorsque son utilisateur meurt dans un jeu.

Casque mortel

Largement considéré comme le père de la réalité virtuelle moderne, Luckey a créé les technologies servant actuellement de base au très décrié métavers de Mark Zuckerberg. Aujourd’hui entrepreneur dans le secteur de la défense, l’homme a expliqué avoir toujours été fasciné à l’idée de lier la vie d’un individu à celle de son avatar virtuel.

« Vous faites instantanément grimper les enjeux au niveau maximum et forcez les gens à repenser fondamentalement la façon dont ils interagissent avec le monde virtuel et les joueurs qui s’y trouvent », avance Luckey. « Des graphismes avancés peuvent rendre un jeu plus réel, mais seule la menace de conséquences graves peut rendre un jeu réel pour vous et pour toutes les autres personnes du jeu. »

Selon le concepteur américain, l’appareil est un hommage à NerveGear, le casque tueur fictif issu du populaire manga Sword Art Online, qui fait frire le cerveau de ceux qui le portent avec des micro-ondes s’ils ne parviennent pas à s’échapper d’un jeu virtuel où ils sont piégés.

casque vr
— FrameStockFootages / Shutterstock.com

« La popularité de Sword Art Online a suscité un enthousiasme massif des otakus pour l’Oculus, en particulier au Japon, qui est rapidement devenu notre second plus grand marché », détaille Luckey. « À son tour, l’existence du Rift a rendu cet univers beaucoup plus plausible. »

Des charges explosives liées à un capteur photo à bande étroite

Les charges explosives intégrées au casque sont liées à un capteur photo à bande étroite qui peut détecter lorsque l’écran clignote en rouge à une fréquence spécifique. « Si un écran spécifique de fin de partie s’affiche, la machine reçoit l’ordre d’exploser, détruisant ainsi le cerveau du joueur », explique-t-il.

Si Luckey a admis ne pas avoir encore essayé le casque, dont l’équipement se révèlerait actuellement trop instable, il rappelle qu’il s’agit du premier exemple non romanesque d’un appareil VR pouvant réellement tuer l’utilisateur.

« La bonne nouvelle est que nous sommes à mi-chemin de la fabrication d’un véritable NerveGear. La mauvaise nouvelle est que jusqu’à présent, je n’ai trouvé que la moitié qui vous tue. La moitié parfaite de l’équation en réalité virtuelle est encore à venir. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments