À Lille, les cantines des différents groupes scolaires servent deux repas végétariens hebdomadaires aux écoliers depuis juin 2018. Une initiative innovante se révélant bénéfique à la fois pour leur santé et pour la planète, qui a récemment été saluée par Greenpeace.

« Les enfants consomment entre deux et quatre fois trop de protéines animales »

L’antenne lilloise de Greenpeace a choisi le lundi 2 septembre, jour de la rentrée scolaire nationale, pour décerner l’écharpe symbolique « Cantine verte » à Martine Aubry, maire de la ville. Cette distinction, venant saluer les efforts entrepris par l’agglomération afin de proposer une alimentation plus saine et équilibrée à ses écoliers depuis plusieurs années, intervient deux mois avant la mise en application de la loi EGalim (États généraux de l’alimentation), imposant à toutes les cantines scolaires de France de proposer au minium un repas végétarien hebdomadaire aux enfants à compter du 1er novembre 2019.

Avec ce prix, Greenpeace entend souligner la faisabilité de cet amendement, et montrer qu’il est également possible d’aller plus loin en proposant deux repas végétariens par semaine, comme le prouve l’expérimentation menée à Lille. « Aujourd’hui, les enfants consomment entre deux et quatre fois trop de protéines animales dans les cantines par rapport aux recommandations de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments). Une aberration dangereuse pour la santé des enfants, entraînant surpoids et obésité, et dévastatrice pour la planète », souligne Xavier Hermant, référent Agriculture de l’antenne lilloise de Greenpeace.

L’élevage industriel représente 15 % des émissions de gaz à effet de serre

À l’heure actuelle, l’élevage industriel, qui produit la quasi-totalité de la viande que nous retrouvons dans nos assiettes, est responsable de près de 15 % des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle de la planète, ce qui représente une pollution équivalente à celle générée par le secteur des transports.

Greenpeace estime que diviser par deux notre consommation de protéines animales permettrait également de dégager assez de nourriture afin de nourrir deux milliards d’individus supplémentaires. L’ONGI de défense de l’environnement recommande de consommer 16 kg de viande par an et par personne, soit environ 300 g par semaine.

Robert Kneschke / Shutterstock.com

Faisant figure de pionnière en matière d’alimentation végétale, Lille est devenue en juin 2018 la première grande agglomération française à proposer deux repas végétariens hebdomadaires dans ses restaurants scolaires. « Il est important de rappeler que beaucoup d’autres villes sont déjà passées à ce que prévoit la loi (un repas végétarien) et que cela se passe très bien. »

« L’exemple de Lille est positif sur de nombreux aspects, car cela peut également participer à la réduction du gaspillage alimentaire, comme c’est le cas ici où le gaspillage a été réduit de 40 % les jours de menus végétariens », souligne Xavier Hermant. Pour en savoir plus et contribuer au développement du mouvement, rendez-vous sur cantineverte.fr.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de