― lunamarina / Shutterstock.com

Mise en service en 1928, la gare internationale de Canfranc est nichée à 1 200 mètres d’altitude dans les montagnes des Pyrénées. Malheureusement, cette dernière s’est progressivement dégradée à la suite d’un accident grave ayant provoqué l’effondrement du pont de l’Estanguet en 1970. Et aujourd’hui, ce n’est plus qu’un grand bâtiment fantôme méconnu du public. Mais quelle histoire se cache donc derrière ce grand vestige abandonné ?

L’histoire de la gare de Canfranc

La gare de Canfranc a été inaugurée par Alphonse XIII (roi d’Espagne) et Gaston Doumergue (président de la République française) le 28 juillet 1928. Le bâtiment se dotant d’un total de 365 fenêtres et 156 portes a été dessiné par Fernando Ramírez de Dampierre. D’une taille comparable à la gare de Paris-Saint-Lazare, c’est la deuxième gare la plus grande d’Europe avec ses 240 mètres de long.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, c’était un lieu de transit du trésor. En outre, de nombreuses personnes s’y rendaient également pour quitter la France. Mais même à son apogée, la station n’a jamais dépassé la cinquantaine de voyageurs par jour. Quelques années plus tard, un accident a condamné la gare. Le 27 mars 1970, un train transportant du maïs a notamment déraillé et a entraîné la destruction du pont dans le gave d’Aspe.

Plus tard, la SNCF envoyait un télégramme pour signaler la fermeture provisoire de la ligne et un bus a provisoirement été mis en place pour effectuer les allers-retours entre Oloron et Canfranc. Seulement, le pont n’a jamais été réparé et le bus est devenu le moyen de transport définitif pour voyager entre ces deux villes. Ainsi, plus aucun train n’est passé par là depuis cinquante ans.

Une possibilité de réouverture de la gare ?

Des mouvements militent pour la réouverture de la ligne et la reconstruction de la gare de Canfranc depuis de nombreuses années. Et en 2016, le train express régional a repris du service depuis Pau. En revanche, celui-ci ne s’aventure pas au-delà de Bedous, à une trentaine de kilomètres de la gare fantôme pour l’instant.

Gérard Lopez, vice-président du Comité pour la réouverture de la ligne Oloron-Canfranc, a cependant annoncé que le lieu était en cours de restauration. Un nouveau bâtiment voyageur est en cours de construction tandis que l’ancien bâtiment voyageur sera transformé en un hôtel luxueux. Si tout se passe bien, les travaux devraient être terminés d’ici 2021 et ce lieu historique pourrait de nouveau être prisé par le public.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de