bourdon
— RVillalon / Shutterstock.com

Plus connus pour leur vie de forçats des jardins, des bourdons ont été observés en train de jouer avec des objets « par plaisir ». Selon les chercheurs, cette première chez un insecte montre que ces créatures sont bien plus complexes qu’on ne l’estime généralement.

Bourdons joueurs

Détaillés dans la revue Animal Behaviour, les travaux menés par Lars Chittka et ses collègues de l’université Queen Mary de Londres ont montré que les bourdons faisaient rouler de petites boules en bois de façon répétée sans que rien ne semble les y inciter.

Dans un premier temps, 45 insectes ont été placés dans une arène expérimentale, où ils étaient libres d’emprunter un couloir pour accéder à une pièce abritant des friandises sucrées, ou se rendre dans des zones latérales où avaient été placées plusieurs boules en bois. Il s’est avéré que chaque individu avait manipulé ces objets sphériques entre une et 117 fois. Selon l’équipe, un tel niveau de répétition indique que ce comportement est gratifiant pour les insectes.

Lors d’autres tests, 42 autres bourdons avaient accès à deux chambres colorées, dont l’une contenait des boules en bois. Lorsque ces dernières ont été retirées, les insectes ont montré une préférence pour la couleur de la chambre précédemment associée aux boules, démontrant qu’ils les déplaçaient uniquement à des fins ludiques.

« Si faire rouler les boules ne contribuait pas à des stratégies de survie immédiates, cette action semblait intrinséquement leur procurer du plaisir », souligne Samadi Galpayage, co-auteur de l’étude. « Il est aussi amusant que surprenant de constater que malgré leur petite taille et leur minuscule cerveau, ces créatures sont capables de démontrer un tel comportement. »

Êtres sensibles

Cette nouvelle étude s’appuie sur des recherches antérieures de Chittka, qui avaient montré qu’il était possible d’apprendre aux bourdons à marquer des buts pour obtenir une récompense sucrée.

« Les bourdons sont bien loin d’être des créatures insensibles et robotiques », souligne Chittka. « Il existe de nombreux exemples d’animaux qui jouent uniquement par plaisir, mais la plupart des exemples concernent de jeunes mammifères et des oiseaux. Ces travaux indiquent clairement que l’esprit des insectes est bien plus sophistiqué que nous l’estimions. »

« Ils peuvent en fait éprouver des états émotionnels positifs, même rudimentaires », ajoute Galpayage, estimant que ce type de découverte bouleverse notre compréhension de la sensibilité et du bien-être des insectes.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments