La capacité d’apprentissage des abeilles dépasse tout ce que les chercheurs avaient envisagé

Nous le savons déjà, les abeilles sont des insectes aux capacités exceptionnelles. Il suffit de voir tout le travail qu’elles sont capables d’accomplir au sein même de leur ruche pour le comprendre. De nombreuses expériences ont été réalisées dans le but de mieux comprendre le comportement des abeilles, mais celle-ci se penche sur leur capacité d’apprentissage.

EXPÉRIENCE EN TERRAIN INCONNU

De nombreuses expériences ont déjà été effectuées sur les insectes appartenant à la même famille que les abeilles, comme les bourdons, afin de comprendre leur comportement et ainsi de mieux appréhender leurs besoins afin de les protéger efficacement. Toutefois, ces expériences constituées d’exercices durant lesquels les bourdons devaient tirer des cordes ou pousser des palets ne faisaient que reproduire des comportements qu’ils adoptaient déjà dans leurs tâches quotidiennes.

Les chercheurs de l’Université Queen Mary de Londres on décidé de pousser ces expériences encore plus loin afin de questionner la capacité d’apprentissage des bourdons et des abeilles en les soumettant à une tâche qu’ils n’avaient encore jamais eu à reproduire. C’est ainsi que nous nous retrouvons avec des bourdons capables de faire du foot, ou du moins de mener une petite balle d’un point A, situé en périphérie d’une plateforme ronde, à un point B situé au centre de cette même plateforme, dans le but d’obtenir une récompense en eau sucrée.

L’UNION FAIT LA FORCE

En premier lieu, des bourdons ont été entraînés à transporter cette balle avec l’aide d’une fausse abeille aimantée et posée au bout d’une tige qui imitait le comportement à adopter. Les bourdons ont été divisés en deux groupes, un qui a suivi cet entraînement et l’autre qui a été mis en situation directement sans démonstration. Aucun des bourdons n’ayant pas suivi l’entraînement a réussi à mettre la balle à l’endroit voulu. Les résultats de cette étude, publiée dans le journal Science, montrent que pour réaliser des tâches complexes, les bourdons ont besoin d’une phase d’apprentissage.

La seconde partie consistait à placer des bourdons non entraînés sous la tutelle, soit d’une autre abeille entraînée, soit d’une abeille fictive, soit de les laisser livrés à eux-mêmes. Les taux de réussite ont été de 99 % chez les premiers, 78 % chez les seconds et 34 % chez les derniers. Lors de l’exercice, les bourdons devaient déplacer une des trois balles mises à disposition dans le cercle central. Les “mentors” déplaçaient généralement la balle la plus éloignée en guise d’exemple mais il a été vu des individus qui ne recopiaient pas seulement la technique de leur mentor mais qu’ils l’amélioraient en choisissant parfois la balle la plus proche du centre pour gagner du temps. “Cela montre que les bourdons ne font pas que copier l’exemple, ils peuvent l’améliorer”, explique Olli Loukola, l’auteur principal de l’étude, “Cela montre une flexibilité cognitive impressionnante.” De plus, les chercheurs ont pu prouver que les bourdons apprenaient mieux et plus vite en observant le comportement de leurs congénères, ce qui démontre un certain apprentissage social chez les bourdons et les abeilles.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux