― InsectWorld / Shutterstock.com

Le secteur de l’aviation est pointé du doigt depuis plusieurs années en raison de ses émissions de gaz à effet de serre. Pour inverser cette tendance, de nombreuses compagnies souhaitent se tourner vers le carburant vert. De son côté, la start-up australienne Aviation H2 indique qu’elle projette de faire voler un avion alimenté à l’ammoniac dès 2023.

Une utilisation moins coûteuse

L’hydrogène est une alternative qui intéresse de nombreuses sociétés aéronautiques pour réduire leur pollution. Bien qu’il soit beaucoup moins polluant que le kérosène, son stockage et son transport engendrent des coûts importants. En effet, comme il est très léger, il doit être stocké en grande quantité pour produire l’énergie nécessaire à l’alimentation des moteurs d’avions.

L’utilisation de l’ammoniac est ainsi beaucoup moins coûteuse. Pouvant être fabriqué à partir d’hydrogène et d’azote, il peut aussi être extrait de nombreuses sources naturelles. Christof Mayer, directeur d’Aviation d’H2, indique que l’entreprise est toujours ouverte à l’utilisation de l’hydrogène, mais qu’elle préfère se tourner vers l’ammoniac pour l’instant.

« On va simplement utiliser l’ammoniac pour l’instant. C’est la conversion la plus simple, et qui le rendra intrinsèquement le plus fiable, ce qui, en soi, le rend intrinsèquement le plus sûr », a-t-il expliqué, soulignant que l’entreprise utilisera de l’ammoniac vert, fabriqué à partir de ressources renouvelables.

Les moteurs des avions devront être modifiés

La start-up australienne va modifier ses moteurs pour qu’ils puissent fonctionner à l’ammoniac. « Nous devons modifier le système de stockage de carburant en quelque chose qui ressemble fondamentalement à un réservoir de GPL », a expliqué Christof Mayer, soulignant que le stockage de carburant, le moteur et son système de contrôle seront les nouveaux éléments à développer. Cependant, la conception de base du moteur restera la même.

Côté pollution, la combustion de l’ammoniac entraîne toujours la libération de matières nocives pour l’environnement. Le directeur d’Aviation d’H2 assure que l’entreprise a prévu des solutions contre ce désagrément. Ce dernier indique que des procédés spéciaux ainsi que des contrôles seront mis en place à l’intérieur du système de gestion du carburant.

L’année prochaine, l’entreprise testera ses nouveaux moteurs fonctionnant à l’ammoniac avec le Falcon 50 de Dassault, un petit avion neuf places.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments