Pompéi art érotique
― BlackMac / Shutterstock.com

Une exposition met à l’honneur 70 images érotiques découvertes dans l’antique ville romaine. Il est vrai que les vestiges de la ville se caractérisent – étonnamment – par une place très importante accordée à la sensualité des corps ainsi qu’à leur libre expression. Cela contraste beaucoup avec les périodes qui ont suivi où le corps dans sa représentation érotique était plutôt caché. Pourquoi ?

Des fouilles jugées scandaleuses au XIXe siècle

Le XIXe siècle est un siècle d’or pour les archéologues. Mais à cette époque, la pudeur était de mise. Ce qui a alors posé problème pour les fouilles de l’ancienne Pompéi qui ont révélé au contraire des représentations extrêmement lascives des corps féminins comme masculins.

En effet, les archéologues chargés de fouiller Pompéi et Herculanum se sont heurtés à un problème lié aux mœurs de leurs propres époques : partout, ils ont trouvé de l’art érotique. Il y avait des fresques de couples en train de faire l’amour et aussi des sculptures de dieux nus, et parfois très excités… Or, au moment de ces découvertes lubriques, l’époque considérait la sexualité comme quelque chose de honteux, voire obscène.

Ainsi, les autorités ont jugé ces images trop explicites pour le grand public. Au lieu d’exposer les objets, le personnel du musée archéologique national de Naples les a par conséquent cachés dans une pièce secrète fermée à tous – sauf aux érudits – et selon Atlas Obscura, aux visiteurs masculins prêts à les soudoyer pour y entrer. Entre 1849 et 2000, les œuvres sont restées largement cachées au public. Quel dommage !

Pompéi art érotique
― KKulikov / Shutterstock.com

« Art et sensualité dans les maisons de Pompéi », une exposition mettant à l’honneur l’art érotique caché

Désormais, une nouvelle exposition au parc archéologique de Pompéi intitulée « Art et sensualité dans les maisons de Pompéi » s’appuie sur des sélections de cette fameuse chambre secrète et d’autres images sensuelles mises au grand jour dans la ville antique pour démontrer l’omniprésence de la représentation érotique au cours de l’Antiquité romaine.

L’attraction phare de l’exposition est une fresque représentant le mythe de Léda et du cygne. Découverte très récemment, en 2018, la scène mythique représente le moment où le dieu Zeus, déguisé en cygne, viole (ou séduit selon les versions) Léda, reine de Sparte.

Pour aller plus loin, découvrez 6 faits fascinants sur Pompéi, célèbre ville ensevelie sous la lave.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Robert Petiot
Robert Petiot
1 mois

Cachez ce sein que je ne saurais voir, par de pareils objets les âmes sont blessées et cela fait venir de coupables pensées.
le tartuffe