Une application mobile permettra prochainement de détecter l’otite chez l’enfant. Mise au point par des chercheurs de l’université de Washington, elle évalue la mobilité du tympan et détecte la présence de liquide dans l’oreille moyenne. Avec 85 % d’otites détectées pendant sa phase d’étude clinique, elle se présente comme un outil de dépistage efficace. L’application devrait être mise en ligne officiellement début 2020.

DIAGNOSTIQUER L’OTITE CHEZ L’ENFANT AVEC SON SMARTPHONE

La présence de liquide dans l’oreille moyenne est un marqueur clé dans le diagnostic de l’otite moyenne aiguë et de l’otite moyenne avec épanchement. Alors, les infections de l’oreille sont généralement diagnostiquées à l’aide d’un équipement permettant d’évaluer la mobilité du tympan.

Sur ce principe, des ingénieurs de l’université de Washington, aux Etats-Unis, ont mis au point une application pour smartphone. Ils décrivent son fonctionnement dans la revue Science Translational Medicine. Ainsi, cette application n’utilise que le microphone et le haut-parleur du smartphone, pour émettre un son et analyser l’écho renvoyé par le tympan.

En effet, le smartphone émet un son continu dans le canal auditif de l’enfant, pendant 1,2 seconde, via un petit entonnoir en papier fabriqué par les parents. Puis, l’appareil écoute l’écho renvoyé par le tympan, à travers le micro du smartphone. Alors, un son plus grave indique la présence d’une infection.

L’APPLICATION DÉTECTE 85 % DES OTITES

Cette application se présente comme un outil de dépistage rapide et accessible. Et les chercheurs ont mené une étude clinique sur 98 oreilles de patients, dans un centre de chirurgie pédiatrique. L’application a détecté 85 % des otites.

L’un des auteurs de l’étude, Shyam Gollakota, estime que leur invention est plus précise que l’évaluation visuelle par les médecins. Néanmoins, l’objectif des chercheurs n’est pas de remplacer les médecins. En effet, ils veulent permettre aux parents de poser un pré-diagnostic, sans formation médicale formelle.

Les autorités sanitaires américaines devraient autoriser l’application d’ici la fin de l’année. Alors, l’application des chercheurs de l’université de Washington pourrait être mise en ligne dès le premier trimestre 2020.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de