— Pormezz / Shutterstock.com

Vous avez sûrement déjà vu ou entendu une publicité avertissant que « l’abus d’alcool est dangereux pour la santé ». Néanmoins, il semblerait que ce genre de message n’ait pas beaucoup d’impact sur les consommateurs. Et même si les agences de santé cherchent des moyens de rendre l’alcool moins accessible et plus cher, cela ne les empêche pas d’en consommer. En d’autres termes, comme le soulignent certains chercheurs, tout n’est qu’une question de choix personnels.

Connaissons-nous vraiment tous les dangers liés à l’alcool ?

Justement, en parlant de choix personnels, des chercheurs ont récemment testé une nouvelle approche pour sensibiliser les consommateurs aux risques qu’ils encourent à cause de la consommation d’alcool. Ils se sont alors aperçus qu’une grande partie des consommateurs ignore un fait sur l’alcool : il est cancérigène.

Les chercheurs ont alors mis en évidence le risque accru de cancer qu’accompagne la consommation d’alcool. Ils ont alors élaboré des messages expliquant pourquoi et comment réduire cette consommation pour limiter les risques. Et il s’avère que cette campagne de sensibilisation a fait son effet, rapporte Science Alert.

Pour information, l’abus d’alcool n’engendre pas seulement un risque de cancer, mais aussi d’autres problèmes comme une mort prématurée, des maladies cardiaques, des troubles digestifs et même un risque de démence. De plus, la consommation d’alcool serait la cause de 7 % des décès prématurés dans le monde selon l’Organisation mondiale de la santé. D’où l’importance de sensibiliser les consommateurs à ces dangers.

― Jag_cz / Shutterstock.com

Une étude qui a rassemblé des milliers de participants

D’après l’économiste et psychologue Simone Pettigrew, du George Institute for Global Health, « nous avons découvert que l’association d’informations sur l’alcool et le cancer avec une action pratique particulière – compter leurs boissons – a permis aux buveurs de réduire la quantité d’alcool qu’ils consommaient ».

L’étude réalisée par les chercheurs et parue dans Addictive Behaviors tournait autour de trois sondages. 7 995 personnes ont participé au premier sondage. Trois semaines plus tard, 4 588 personnes ont répondu au deuxième sondage. Quant au dernier sondage, survenu trois semaines plus tard, seules 2 687 personnes l’ont réalisé. Les participants ont été divisés ont différents groupes qui ont regardé différentes publicités et messages autour de la consommation d’alcool.

— Pormezz / Shutterstock.com

Une seule publicité a retenu l’attention des participants

Les résultats ont révélé que la publicité télévisée liant l’alcool et le cancer et la recommandation de comptabiliser la consommation d’alcool a été la mieux reçue par les participants puisqu’ils ont considérablement réduit leur consommation d’alcool au cours des six semaines ultérieures.

La chercheuse Pettigrew affirme d’ailleurs que « beaucoup de gens ne savent pas que l’alcool est cancérigène. Ce sont des informations importantes auxquelles les buveurs devraient avoir accès. Mais dire aux gens que l’alcool n’est qu’une partie de la solution, nous devons également leur donner des moyens de prendre des mesures pour réduire leur risque. » 

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de