Nos lacs et nos rivières s’acidifient et c’est catastrophique pour l’environnement

Augmentation de la température de l’eau, fonte des glaces… Le changement climatique a déjà des conséquences catastrophiques sur notre environnement. Une nouvelle victime vient s’ajouter à la liste : l’eau douce. Tout comme les océans, les plans d’eau douce sont acidifiés par le dioxyde de carbone. Le sujet commence à être étudié mais les dommages, eux, sont présents depuis longtemps. 

 

QUEL IMPACT A LE CO2 SUR L’EAU DOUCE ?

Pour se rendre compte de l’évolution de l’acidification des points d’eau douce, des chercheurs ont observé 35 ans d’analyses d’eau. Celles-ci ont été réalisées par l’agence locale de la Ruhr (agence spécialisée dans la surveillance de l’eau potable) sur 4 réservoirs allemands. Entre 1981 et 2015, les analyses révèlent que les quantités de CO2 contenues dans chacun des réservoirs ont considérablement augmenté.

En plus des données concernant l’augmentation de CO2, les chercheurs ont pu les comparer avec d’autres détails comme les changements de températures, la densité de l’eau ou encore le pH qui a diminué.

Autant de facteurs qui ont un rôle déterminant pour les espèces qui y vivent. Les scientifiques ont alors observé les effets de ce phénomène sur les puces d’eau, petits crustacés peuplant lacs et rivières. Il s’avère que la surexposition au dioxyde de carbone nuit à leur survie car à cause de cela, ils ont plus de difficultés pour repérer les prédateurs et pour se défendre.

 

L’EFFET DU CO2 DÉJÀ CONNU SUR LES OCÉANS

L’analyse des effets du CO2 sur l’eau douce est récent mais depuis plusieurs années, les spécialistes savent que le dioxyde de carbone est nocif aux océans du globe. A eux seuls, ils absorbent, d’après des études, 40 % de tout le CO2 se trouvant dans l’atmosphère. Une fois emprisonné, le dioxyde de carbone acidifie l’eau et peut rendre nocifs les environnements de certaines espèces animales.

Parmi les victimes les plus connues de cette acidification des océans, les mollusques sont ceux qui en souffrent le plus. Le CO2 les empêche en effet de développer leur carapace. Cependant, le phénomène s’est étendu et cela pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l’environnement.

 

UNE ETUDE QUI NÉCESSITE D’ÊTRE APPROFONDIE

Alors que le dioxyde de carbone infecte de plus en plus les eaux du globe qu’elles soient douces ou salées, étudier l’acidification des eaux douces a longtemps été mise de coté. Ce choix forcé est lié à la complexité du processus et à ses résultats qui sont plus difficiles à analyser.

Seule la surface de ce vaste sujet a donc été effleurée et il nécessite d’être approfondi pour mieux comprendre les conséquences que peut avoir le CO2 sur l’eau, mais aussi pour rappeler que le changement climatique contribue à l’amplification de ce phénomène contre lequel on ne peut lutter pour l’instant.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux