― fotorince / Shutterstock.com

De nombreux animaux domestiques sont abandonnés chaque année en France, avec un pic en été. Mais cette année, l’on a notifié une forte hausse des cas d’abandon d’animaux. Depuis le 1er mai dernier, plus de 11 000 animaux ont été recueillis par les refuges et les bénévoles. Le gouvernement a ainsi décidé d’établir des mesures plus strictes pour lutter contre ce fléau.

La situation sanitaire à l’origine de la hausse du nombre d’abandons

Les abandons d’animaux ont augmenté de 14 % en juin dernier par rapport à juin 2019. D’après la Société protectrice des animaux, cette explosion d’abandons exceptionnelle est en partie liée à la crise sanitaire. Celle-ci aurait amplifié le phénomène, car les achats faciles et déresponsabilisant effectués sur Internet et dans les animaleries se sont multipliés au cours de l’année 2020.

La tendance est plus visible dans les chatteries, qui ont signalé une hausse de 25 % du nombre de pensionnaires supplémentaires au mois de juin par rapport à 2019. Claire Brissard, la gérante d’un refuge d’Hermeray, indique qu’ils ont recueilli beaucoup de chatons. Des propriétaires ont notamment indiqué qu’ils n’ont pas procédé à la stérilisation de leurs chats pendant le confinement.

De son côté, Sabine Lédéquerre, agent animalier, raconte que les membres de la SPA doivent désormais accueillir des chatons chez eux, car il n’y a plus assez de places dans les refuges. « Depuis le début, j’en suis déjà à dix chatons à la maison », a-t-elle indiqué.

— Olha Solodenko / Shutterstock.com

Le gouvernement renforce les sanctions

En France, l’abandon d’animaux sur la voie publique ou dans la nature est puni de deux ans de prison et de 30 000 euros d’amende. Pour limiter l’explosion de ce phénomène, ces sanctions seront alourdies par le gouvernement. En outre, les autorités vont également lancer une campagne de sensibilisation et soumettre une charte obligatoire aux personnes adoptantes. Celle-ci renseignera les vaccins, les soins et l’identification de l’animal. Ils espèrent ainsi réduire les adoptions impulsives, qui sont la première cause d’abandon.

L’État va également débloquer 20 millions d’euros pour agrandir les structures d’accueil des 800 refuges français. En outre, il s’est également engagé à financer des campagnes de stérilisation des animaux errants et à faciliter l’accès aux soins vétérinaires pour les plus démunis. De leur côté, les refuges font de leur mieux pour inciter les familles à adopter, afin de faire de la place dans les refuges, car sans cela, des animaux devront être euthanasiés.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
None Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
None
Invité
None

Je comprend même pas comment les gens peuvent abandonner un animal et partir tranquil en vacance comme si de rien était. Ca me débecte.