Mercy : « Je dois mes cicatrices à un feu provoqué par un abus domestique. J’ai été brûlée à l’âge de 29 ans. Aujourd’hui, mes cicatrices sont confortables : elles font ce que je suis. Je les considère comme de précieux bijoux. Exposer mes cicatrices peut aider tout le monde, donc c’est forcément une bonne initiative ! »

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de