Une étude de paléontologues vient de démontrer qu’il faudrait 10 millions d’années à la Terre pour se remettre des désastres écologiques liés à l’activité humaine. C’est autant d’années qu’il a fallu à la planète et à sa biosphère pour se relever de la disparition des dinosaures.

La sixième extinction de masse est en cours

Nous sommes en train de vivre la sixième extinction de masse. Les cinq premières ont toutes été causées par des évènements extérieurs. Le plus connu ? L’astéroïde qui a décimé les dinosaures. Mais aujourd’hui, les circonstances sont tout autres qu’il y a 65 millions d’années. Si des centaines d’espèces disparaissent de la Terre, c’est surtout parce que nous sommes en train de les détruire à petit feu.

L’activité humaine émet des masses de gaz à effet de serre, et par un simple lien de cause à effet, l’atmosphère change et se réchauffe. Ce changement climatique est la première cause de disparition des espèces animales et végétales, qui n’arrivent pas à s’adapter, ou dont les ressources (nourriture, habitat) sont drastiquement touchées.

En plus d’être dévastatrice pour les espèces qui peuplent la planète, l’activité humaine l’est tout simplement pour la Terre. D’après une étude récente publiée dans la revue Nature Ecology and Evolution, la planète bleue prendra 10 millions d’années à s’en remettre.

Que dit cette étude ?

Cette étude a été menée par des paléontologues qui ont étudié la dernière extinction de masse, celle qui a tué les dinosaures. Les chercheurs ont voulu analyser l’impact de cet évènement sur la Terre, même des millions d’années plus tard. Pour cela, ils ont scrupuleusement étudié l’évolution de la biodiversité dans la branche des foraminifères planctoniques (des organismes unicellulaires que l’on retrouve dans les fossiles). La diversité des écosystèmes a été examinée, 20 millions d’années avant la cinquième extinction de masse, puis 20 millions d’années après.

Et les résultats de leurs recherches sont impressionnants. Après l’extinction du Crétacé, les formainifères ont dût s’adapter, se complexifier pendant 10 millions d’années, avant que tout ne redevienne normal. La planète a ainsi mis 10 millions d’années à se relever de la cinquième extinction de masse, de la disparition de 75 % des espèces terrestres. Un temps considérable, mais nécessaire pour se reconstruire.

Quel est le lien avec aujourd’hui ? 

S’il a fallu autant de temps à la planète pour se remettre de la cinquième extinction de masse, ce sera pareil pour la sixième. Les auteurs de l’étude, Andrew Fraass et Chris Lowery se sont largement exprimés à ce sujet dans la presse. « Cette étude nous permet de déduire qu’il faudra beaucoup de temps, des millions d’années, pour se remettre de l’extinction causée par le changement climatique », a expliqué Fraass.

« Les pertes que la Terre subit en matière de biodiversité ne seront pas renouvelées avant des millions d’années. L’extinction en cours et à venir des écosystèmes de récifs coralliens, de forêts pluviales, de prairies et autres va considérablement appauvrir ces lieux, et ce pour toujours, du moins à l’échelle de l’humanité. », a poursuivi Lowery

Ainsi, les dommages que l’activité humaine cause aujourd’hui à la planète pourraient bien être irréversibles. Dans le meilleur des cas, ils prendraient 10 millions d’années à être réparés, époque à laquelle nous serons sûrement disparus. Et vous, pensez-vous qu’il est trop tard ?

COMMENTEZ
6

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
6 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
grrrr...!Mitch13LansalotGilJean Marc Wibart Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Minet
Invité
Minet

Ouf! Je suis rassuré! Sur l’instant j’ai mal vu, j’avais lu cent millions d’années.

Wibart
Membre
Wibart

Ne faudrait il pas s’y mettre chacun au lieu de se dire que seuls l’état, l’industrie, les avions, les bateaux sont responsables alors que favoriser le diesel , le nucléaire, critiquer les énergies renouvelables est très dangereux et cause le destruction.