12 419 personnes connectées

Dans la capitale estonienne, la gratuité des transports en commun réussit à tout le monde

une-tallinn

Les habitants de Tallinn ont voté, lors d’un référendum en 2013, pour la totale gratuité des transports en commun dans la capitale Estonienne. En plus de permettre de lutter efficacement contre le réchauffement climatique, cette belle initiative permet aux habitants mais également à la ville de faire des économies. Un modèle à suivre !

Grâce aux choix des habitants, les transports en commun sont, en effet, totalement gratuits à Tallinn, une fois leur enregistrement effectué. C’est loin d’être le cas dans les grandes capitales européennes où un abonnement mensuel peut monter jusque dans les 200 euros. Cette mesure bénéfique a eu pour effet immédiat une hausse de fréquentation des bus, métros et trams de près de 8%. À titre de comparaison, ce chiffre n’est que de 0,9% pour la RATP en 2015 alors que la société a investi pas moins de 1,9 milliard d’euros pour l’amélioration du réseau.

Tallinn

La grande interrogation restait de savoir si la ville allait réussir à financer ses transports publics, sachant qu’elle n’engrangeait plus de chiffre d’affaires sur le prix des tickets et des abonnements. Mais depuis que la mesure a été prise, de plus en plus d’Estoniens viennent emménager à Tallinn : plus 25 000 habitants en trois ans. Cette augmentation a permis d’accroître l’activité économique de la ville, et donc de faire rentrer plus d’argent dans les caisses de l’état grâce aux impôts prélevés.

4128

Tallinn souhaite aller encore plus loin dans les années à venir en augmentant le prix des parkings et en promouvant l’utilisation du vélo, et ce, afin de rendre la ville toujours plus agréable et propre pour ses citoyens. Cet exemple inspirerait déjà d’autres villes puisque Bucarest et Chengdu se sont déjà rapprochées de la municipalité de la capitale estonienne.

Ces articles vont vous plaire

— @DailyGeekShow

À la Renaissance, loucher était caractéristique de beauté pour les femmes italiennes.