12 823 personnes connectées

10 situations dans lesquelles vous feriez mieux de ne pas prendre la parole

chut-femme

Certaines situations sont tellement embarrassantes ou stressantes qu’on ne sait pas, en général, comment réagir. Et si le silence était la meilleure des stratégies ? DGS vous prouve en 10 points que dans certains cas, rester silencieux peut se révéler être la meilleure des réponses possibles.

Et si nos parents avaient raison ? Et si la fameuse phrase « la prochaine fois tu tourneras sept fois ta langue dans ta bouche avant de parler », était en réalité le leitmotiv de toute élocution ? En effet, même les orateurs les plus renommés savent quand prendre la parole et quand se taire. Ainsi, parfois, le meilleur des discours s’avère être le silence. La preuve à travers 10 situations du quotidien.

 

1. Lorsque la partie adverse d’une négociation commence à débattre avec elle-même

silence

Parfois, il arrive que certaines personnes s’enferment dans une mauvaise spirale, essayant de se faire plus futées qu’elles ne le sont. Ainsi, il est possible qu’elles fassent une offre qu’elles déclineront immédiatement après, pensant que de toute façon vous ne l’accepterez pas. Dans ce genre de situation, la meilleure solution qui s’offre à vous est de rester silencieux et de rester en dehors de leur petit jeu.

 

2. Lorsque vous avez posé une question

silent-people

On connait tous une personne de ce genre. Ce mec ou cette fille qui pose une question et qui n’attend pas la fin de votre réponse pour donner son point de vue sur ladite question. Ou pire, qui vous presse vers la fin de votre raisonnement par de petit bruits sonores du genre « hein-hein, hein-hein ». Ne soyez pas comme eux, laissez parler les gens. On apprend énormément de choses en écoutant 😉 !

 

3. Lorsque la partie adverse d’une négociation fait une erreur

mouth-shut

L’avantage, c’est que la personne d’en face n’est pas censée se douter que vous avez remarqué la grossière erreur qu’elle vient de commettre. Restez silencieux et attendez que ça se passe : rien ne vous oblige à corriger les erreurs d’autrui ;).

 

4. Lorsque vous n’avez aucune idée de ce que vous racontez

oups

Du fait que le silence est souvent gênant, la plupart des personnes s’empressent de le faire disparaître en parlant, souvent de choses inutiles ou inintéressantes. Dans le pire des cas, certains meublent en se lançant dans un sujet qu’ils ne maîtrisent pas : grave erreur ! Il vaut mieux ne rien dire plutôt que de creuser soi-même sa propre tombe en racontant n’importe quoi. Rien ne vous oblige à rompre un silence trop oppressant.

 

5. Lorsque vous avez besoin de quelqu’un pour endosser la responsabilité à votre place

chut-logo

Pour citer l’ancien président des Etats-Unis, Harry S. Truman : « Vous pouvez accomplir presque tout si vous ne vous souciez pas de qui recevra les éloges. » Parfois cela peut également vouloir dire restez silencieux assez longtemps pour qu’une autre personne réfléchisse à votre proposition et l’énonce elle-même.

 

6. Lorsque le partage d’infos se transforme en vantardise  

femme-embarassee

Les réseaux sociaux sont sans aucun doute le meilleur exemple pour illustrer ce point. Sur Facebook par exemple, lorsque vous parcourez les photos que partagent vos amis, tous mangent de délicieux repas diététiques, participent à des events super branchés ou vivent des relations idylliques. Est-ce du partage social ou de la vantardise extrême ? Parfois, mieux vaut rester silencieux et garder certaines choses pour soi.

 

7. Lorsque vos remarques sont plus tournées vers vous que vers les autres

Covering-Mouth

Si un collègue vous annonce tout heureux qu’il part aux Maldives cet été, ou qu’un de vos amis vous montre son nouvel iPhone, soyez content pour lui, intéressez-vous à ce qu’il raconte. Surenchérir ou essayer de tempérer la bonne humeur des gens par des remarques négligentes n’aura pour effet que de révéler votre jalousie. Et si c’est le cas, mieux vaut se taire !

 

8. Lorsque vous avez envie que quelqu’un d’autre réussisse

tais-toi

Certes, on peut toujours aider son petit frère en lui rédigeant sa dissertation de philo ou faciliter la tâche de ses enfants en leur donnant les réponses à leurs devoirs du soir. Mais, quel est le but de tout ça ? Même si vous pensez aider, la meilleure des solutions demeure encore de laisser chacun se faire sa propre idée et grandir à son rythme. Idem lorsque vous connaissez la réponse à une question posée à un audience moins expérimentée que vous : taisez-vous et laissez les autres réfléchir.

 

9. Lorsque vous ennuyez clairement les gens

brune-main-bouche

Certaines personnes adorent parler, de tout mais surtout de rien. Si cela passe avec votre famille ou vos amis, il y a fort à penser qu’une audience différente trouvera vos histoires et anecdotes ennuyantes à mourir. Cela dit, il est facile de se rendre compte de la réceptivité de vos interlocuteurs. S’ils ne le sont pas, restez silencieux.

 

10. Lorsque vous commencez un discours

bouche-fermeture

Aussi étrange que cela puisse paraître, commencer votre allocution par un silence plus ou moins long permet de vous assurer l’attention d’une plus grande partie du public. Ainsi, le temps où vous demeurerez silencieux, les gens vont se demander si vous vous sentez bien, si vous avez oublié vos notes, si vous allez vous écrouler d’un coup sur l’estrade, et quand vous débuterez votre discours, vous aurez déjà capté l’attention de la plupart d’entre eux.

 

C’est vraiment drôle de voir que pas mal de situations embarrassantes peuvent se résoudre simplement sans avoir à argumenter des heures durant. Quand on y pense, c’est plutôt logique ! Au bureau, on trouve cette stratégie silencieuse intéressante même si certains d’entre nous se sentent vite mal à l’aise face à un silence trop prolongé. Et vous, pensez-vous que le silence puisse parfois être le meilleur des discours ou bien avez-vous besoin de parler pour résoudre les conflits ?

Ces articles vont vous plaire

— Simone Weil

Parmi les êtres humains, on ne reconnaît pleinement l’existence que de ceux qu’on aime