12 139 personnes connectées

Malte devient le premier pays de l’UE à interdire le glyphosate, un herbicide cancérigène

Alors que la France peine encore à interdire des produits reconnus toxiques depuis des années, Malte fait un pas de plus dans son combat pour notre planète. L’île méditerranéenne est le premier pays de l’Union européenne à bannir un produit cancérigène, le glyphosate.

C’est une victoire de plus contre l’industrie des désherbants chimiques. Le ministre de l’Environnement maltais, José Herrera, a annoncé que le glyphosate, principal composant d’un herbicide toxique très utilisé, allait être interdit. La question avait fait débat au sein de l’Union européenne, pendant plus de 18 mois.

via Wikimédia by Tim Heaton
via Wikimédia by Tim Heaton

« La position de Malte a toujours été contre l’utilisation du glyphosate et nous avions voté contre sans la moindre réserve », a commenté José Herrera. En effet, Malte avait été le seul pays à voter contre la prolongation de l’autorisation du glyphosate. La France et l’Allemagne s’étaient abstenues.

Le glyphosate est le principal composant du Roundup, herbicide produit par la compagnie américaine Monsanto. Mis en vente dès 1975, le produit est un herbicide dit « total », soit efficace sur toutes plantes et non pas uniquement sur les mauvaises herbes. A partir de 1990, le Roundup est massivement utilisé par les agriculteurs provoquant l’apparition d’herbes résistantes au glyphosate. De nombreuses recherches ont déjà prouvé le caractère toxique, irritant et écotoxique de ce produit.

via Flickr by Chafer -31
via Flickr by Chafer -31

Le glyphosate entraverait la fonction mitochondriale de tous les êtres vivants. Les mitochondries sont des organites internes à nos cellules qui jouent un rôle primordial dans la respiration et la production énergétique cellulaire. Les enzymes qu’elles contiennent participent aux différentes réactions impliquées dans la chaîne respiratoire. Ces enzymes décomposent les nutriments apportés par l’alimentation en molécules simplifiées. Une maladie mitochondriale a de nombreux symptômes selon les organes concernés comme des troubles cardiaques, diabète, épilepsie, surdité, accident vasculaire…

En 2007, des vétérinaires de l’université de l’Illinois et de l’université d’État du Minas Gerais ont montré que le glyphosate a des effets néfastes sur la reproduction animale en affectant la synthèse des androgènes et des œstrogènes. L’Agence américaine de protection de l’environnement détaille les effets nocifs sur la santé que pourrait provoquer l’exposition à fortes doses de cette substance : « Congestion des poumons, accélération du rythme de la respiration » à court terme, « endommagement des reins, effets sur la reproduction » à long terme.

En France, le glyphosate et certains de ses actifs ont été retrouvés dans les eaux de certaines régions. Le 20 mars 2015, le CIRC, Centre international de recherche sur le cancer, a publié une étude classant le glyphosate parmi les « cancérogènes probables ou possibles » pour l’homme. Cette classification repose sur les indications limitées de cancérogénicité chez l’homme et des indications suffisantes de cancérogénicité chez le cobaye de laboratoire.

Face à cette flagrante réalité, Malte est pourtant le seul pays à avoir interdit le glyphosate et donc le Roundup sous peu. « Le gouvernement a pris une décision courageuse, car il a choisi d’écouter les préoccupations des experts et des citoyens qui souhaitent que nos champs, nos rues et nos jardins ne soient pas infestés par cet herbicide potentiellement dangereux. Nous espérons aussi que les autres pays européens profitent de cette opportunité pour que l’agriculture et les élevages en Europe deviennent plus sûrs et plus respectueux de l’environnement. C’est ce que les citoyens veulent », s’est réjoui l’organisation écolo Friends of the Earth Malta.

L'agronome Marc Dufumier soutenant l'interdiction de l'herbicide Roundup via Youtube
L’agronome Marc Dufumier soutenant l’interdiction de l’herbicide Roundup via Youtube

Le gouvernement français tente de suivre le pas, sans succès véritable jusqu’à maintenant. Le 15 juin 2015, la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, a annoncé qu’elle souhaitait mettre en place une interdiction de la vente libre aux particuliers du Roundup dès le 1er janvier 2016. En mars 2016, l’interdiction n’était toujours pas réellement effective. La France a de nombreux exemples à suivre comme celui de la Norvège qui devient le premier pays à interdire l’importation de produits issus de la forêt tropicale.

Les plus grandes aventures sont intérieures.

— Hergé