Cette nouvelle étude américaine suggère que les efforts de YouTube pour limiter la présence de vidéos conspirationnistes dans ses recommandations ont porté leurs fruits. Selon les chercheurs, elles sont désormais 40 % moins susceptibles d’y apparaître.

Des résultats encourageants…

Pour les besoins de leur étude, les chercheurs de l’université de Berkeley ont examiné 8 millions de recommandations YouTube sur une période de 15 mois, afin d’évaluer l’efficacité des moyens mis en place par la société pour limiter la mise en avant de vidéos conspirationnistes. Pour ce faire, ils ont utilisé un algorithme spécialement formé pour déterminer si une vidéo contenait de telles théories, en se basant sur sa description, ses transcriptions et les différents commentaires.

Les chercheurs ont ainsi constaté que YouTube avait réussi à supprimer des vidéos colportant des théories voulant que le gouvernement américain ait perpétré les attaques terroristes du 11 septembre ou que la Terre soit plate. Selon leurs analyses, entre juin et décembre 2019, le pourcentage de recommandations portant sur des théories conspirationnistes a atteint un niveau historiquement bas, avec une baisse de 70 %.

Toutefois, les auteurs de l’étude ont constaté que ces chiffres ne tenaient pas spécialement compte de la popularité de la vidéo source. Après ajustements, ces derniers ont estimé que ce type de vidéos étaient seulement 40 % moins susceptibles d’apparaître dans les recommandations de l’utilisateur.

… mais encore insuffisants

Mais bien que la plateforme ait réussi à freiner certaines théories du complot, d’autres sont encore assez répandues, notamment celles qui concernent la construction de pyramides par des extraterrestres et, plus inquiétant encore, la négation du changement climatique. Dans un entretien accordé au New York Times, les chercheurs ont estimé que YouTube semblait se concentrer sur les théories conspirationnistes suscitant le plus d’attention de la part des médias.

Il est par ailleurs important de souligner que, si l’étude montre une diminution concrète de ce type de recommandations, celle-ci ne met pas vraiment en lumière l’impact de la radicalisation, et a été réalisée sans compte YouTube, qui représente la façon dont la plupart des utilisateurs naviguent sur la plateforme.

Actuellement, YouTube compte près de 2 milliards d’utilisateurs actifs, dont une part croissante définissant la plateforme comme sa principale source d’informations. Si les mesures prises par la plateforme pour que son algorithme limite la présence des théories conspirationnistes dans leurs recommandations s’avèrent efficaces, il reste cependant encore du travail.

— Gil C / Shutterstock.com

5
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
4 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
FirstNahashozerfilEPONINE Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
EPONINE
Invité
EPONINE

Orwell nous voilà !
Nier le réchauffement climatique c’est un délit. Pourquoi pas le bûcher, comme au moyen moyen-âge tant qu on y est ??
Galileo Galilée cela vous parle espèce de Staline ?

ozerfil
Membre
ozerfil

Magnifique : on n’a même plus le droit de se faire SA PROPRE OPINION sur le sujet qu’on choisit !
L’heure est désormais venue de la VÉRITÉ OFFICIELLE orwellienne !!