— Burdun Iliya / Shutterstock.com

La Chine est habituée à effectuer la censure sur de nombreux sujets sensibles, et c’est désormais la communauté LGBT du pays qui en fait les frais. En effet, le réseau social chinois WeChat a décidé de supprimer les comptes de dizaines d’associations étudiantes LGBT, entraînant une division d’opinion auprès de la population chinoise.

Le service de médias sociaux le plus populaire de Chine a supprimé des comptes LGBT gérés par des étudiants universitaires et des groupes non gouvernementaux. En effet, WeChat a envoyé aux titulaires de compte un avis indiquant qu’ils avaient enfreint les règles de la plateforme, mais n’a donné aucun détail supplémentaire, a rapporté Courrier international. Depuis lors, la mention « compte sans nom » – le système utilisé par WeChat pour signifier qu’une page d’utilisateur a été supprimée – a pu être observée sur une dizaine de comptes LGBT après que ces derniers ont été bloqués dans un premier temps. La suppression de ces comptes a provoqué des réactions mitigées de la part des internautes chinois. D’un côté, il y a ceux qui soutiennent la communauté LGBT et ont condamné cet acte discriminatoire.

D’un autre côté, certains ont salué cette décision, arguant que l’homosexualité n’avait pas sa place en Chine, malgré le fait que cela soit dépénalisé dans le pays depuis 1997. Étant donné les réactions divisées du public, cette décision de WeChat suscite beaucoup d’inquiétude quant à l’aggravation de l’intolérance en Chine, que cela soit de la part des citoyens ou du gouvernement. Même si aucune information n’indique que la suppression de ces comptes ait été ordonnée par le gouvernement, cela pourrait en effet indiquer que le Parti communiste chinois commence une campagne de restrictions contre les homosexuels du pays.

Malgré l’évidente répression actuellement subie par les communautés LGBT en Chine, ces dernières ne baissent pas les bras, et bon nombre de leurs représentants ont assuré que cela ne les empêcherait pas d’apporter leur soutien aux membres de ces minorités.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de