— Shavlovskiy / Shutterstock.com

Dans de nombreux cas, nous pouvons observer de vrais jumeaux qui se ressemblent tellement qu’il est quasiment impossible de les distinguer l’un de l’autre. Étant donné la ressemblance, on aurait tendance à penser que les vrais jumeaux sont identiques jusqu’au bout des ongles. Une nouvelle étude a cependant montré que ce n’est pas le cas.

Les vrais jumeaux ne sont pas si identiques

Selon une nouvelle étude réalisée par une équipe de chercheurs islandais de la compagnie biopharmaceutique deCODE Genetics, les vrais jumeaux ne sont pas aussi identiques qu’on le supposait auparavant. Selon la recherche publiée dans la revue Nature Genetics, les vrais jumeaux n’ont pas exactement les mêmes séquences d’ADN. En fait, les jumeaux commencent à accumuler des variations génétiques dès les premiers stades de développement embryonnaire, ont découvert les chercheurs. Autrement dit, un jumeau héberge des variantes génétiques qui ne sont pas présentes chez son double.

Pour mieux comprendre, il faut savoir que les vrais jumeaux, ou jumeaux monozygotes, se sont développés à partir de la fécondation d’un seul ovule qui s’est finalement scindé en deux. Bien évidemment, tout le monde accumule des mutations génétiques au cours de sa vie, mais les experts ont toujours supposé que les différences génétiques chez les vrais jumeaux étaient minimes, en particulier lorsque les jumeaux sont jeunes. C’est notamment cette théorie qui a permis aux chercheurs d’étudier dans de nombreux cas comment différents environnements influencent le développement de personnes ayant le même génotype.

Pour en arriver à leur conclusion, les scientifiques islandais ont séquencé l’ADN de 387 paires de jumeaux identiques, ainsi que de leurs parents, enfants et conjoints. Après analyse des données obtenues, il a été effectivement constaté que les vrais jumeaux différaient par 5,2 mutations développementales précoces, en moyenne. Chez 15 % d’entre eux, le nombre de différences était encore plus élevé, allant jusqu’à 100 mutations pour certaines paires. Quoi qu’il en soit, il a tout de même été observé que 38 paires de jumeaux étaient génétiquement identiques, a rapporté Science News.

— Svetlana Satsiuk / Shutterstock.com

Une découverte importante pour les futures recherches

Au final, ces différences ne représentent qu’une infime partie du code génétique de chaque jumeau. Elles restent cependant très importantes dans la mesure où elles pourraient influencer les différences physiques et physiologiques chez les jumeaux. Il faut notamment prendre en compte le fait que de nombreux chercheurs pensaient auparavant que les différences physiques – comme la taille ou la sensibilité à la maladie – entre des jumeaux identiques étaient principalement liées à des facteurs environnementaux, tels que la nutrition ou le mode de vie. Mais cette étude a démontré que cela pouvait également être lié à la génétique.

Face à cette conclusion, les scientifiques invitent leurs compères à faire preuve de prudence quant aux recherches qui visent à séparer l’influence de la génétique de l’environnement dans l’analyse des maladies et d’autres conditions, et ce, en se basant sur des données récoltées auprès de vrais jumeaux. « Si vous prenez des jumeaux identiques élevés à part et que l’un d’eux a développé l’autisme, l’interprétation classique est que cela est causé par l’environnement. Mais c’est une conclusion extrêmement dangereuse », a déclaré Kari Stefansson, coauteur de l’étude, a rapporté The Guardian.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de