— Svetlana Satsiuk / Shutterstock.com

Si de précédents travaux avaient déjà montré que les femmes étaient plus susceptibles de donner naissance à des jumeaux au milieu de leur vie reproductive, cette nouvelle étude australienne en révèle la raison.

Une réponse évolutive visant à lutter contre le déclin de la viabilité des embryons

Récemment présentée dans la revue Nature Ecology and Evolution, cette nouvelle étude menée par une équipe internationale de chercheurs montre que la raison pour laquelle les femmes sont plus susceptibles de concevoir des jumeaux à partir de 30 ans est intimement liée à l’évolution humaine.

Selon les auteurs de l’étude, la fréquence de la double ovulation, impliquant la libération de deux ovocytes au cours du même cycle menstruel, aurait évolué afin d’assurer le maintien de la fertilité féminine.

« Nos travaux suggèrent que la probabilité de libération de deux ovules augmente à partir de 30 ans en raison d’une réponse évolutive au déclin de la viabilité des embryons lié à l’âge », souligne Joseph Tomkins, professeur à l’université d’Australie-Occidentale et auteur principal de l’étude.

« En réalisant des simulations, nous avons constaté qu’au sein des populations préhistoriques, l’évolution aurait favorisé le scénario où deux ovules sont libérés mais où un seul enfant naît, ce qui suggère que les naissances de jumeaux sont un sous-produit de la sélection visant à améliorer la fertilité plutôt qu’un moyen d’augmenter le rendement reproductif », ajoute le chercheur.

« Ces travaux offrent un éclairage précieux sur la façon dont notre passé évolutif influence encore nos vies modernes »

Au cours des dernières décennies, de nombreux pays ont vu la fréquence des naissances de jumeaux augmenter, en raison de la démocratisation des techniques de procréation médicalement assistée, d’une meilleure nutrition et d’une part croissante de grossesses intervenant à un âge plus avancé.

Les chercheurs de l’université d’Australie-Occidentale ont travaillé en collaboration avec des scientifiques de l’université DePauw aux États-Unis et de la London School of Hygiene and Tropical Medicine afin de mener différentes simulations informatiques basées sur la modélisation mathématique afin de rendre compte de la tendance à la hausse ou à la baisse de naissances de jumeaux en fonction de l’âge maternel.

Et il s’est avéré que vers la fin de leur vie reproductive, la majorité des femmes libéraient deux ovules au cours de chaque cycle menstruel, mais que seule une infime fraction des conceptions aboutissait à la naissance de jumeaux.

« Ces travaux offrent un éclairage précieux sur la façon dont notre passé évolutif influence encore nos vies modernes, avec une probabilité de donner naissance à des jumeaux augmentant avec l’âge, à une époque où les grossesses interviennent de plus en plus tard dans la vie des femmes », concluent les auteurs de l’étude.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de