— Herschel Hoffmeyer / Shutterstock.com

La vitesse de marche préférentielle des animaux est largement déterminée par la « résonance ». En gardant cela à l’esprit, des scientifiques néerlandais ont estimé la probable vitesse de marche par défaut du Tyrannosaurus rex.

Une allure étonnamment lente

Lorsqu’un animal avance, l’emplacement de son centre d’inertie se déplace également de façon régulière d’avant en arrière. Afin de dépenser le moins d’énergie possible, la plupart des créatures adaptent leur allure à ce rythme, qui est déterminé par des facteurs tels que la répartition du poids sur les différentes parties du corps.

Cette synchronisation inconsciente de la vitesse de marche avec le rythme de déplacement de la masse s’appelle la résonance, et c’est la raison pour laquelle il est plus facile de marcher à son rythme habituel qu’à une vitesse anormalement lente.

Dans la cadre de travaux récemment présentés dans la revue Royal Society Open Science, des chercheurs de l’université libre d’Amsterdam ont cherché à déterminer la vitesse à laquelle intervenait la résonance chez un T. rex. Pour ce faire, ceux-ci ont créé un modèle informatique en trois dimensions basé sur Trix, spécimen femelle adulte dont le squelette est exposé au Muséum national d’histoire naturelle des Pays-Bas.

Reconstruction musculaire de la queue d’un T. rex adulte — © Pasha A. van Bijlert et col. / Royal Society Open Science Creative Commons

Après avoir ajouté numériquement les muscles et organes de l’animal et pris en compte le balancement de son imposante queue flexible, qui aurait oscillé d’avant en arrière à chacun de ses pas, les chercheurs ont lancé l’analyse biomécanique. Celle-ci a révélé que le roi des dinosaures était un marcheur lent, avec une vitesse préférentielle de 4,6 km/h (1,28 m/s), contre 5 km/h environ pour un humain adulte.

Marcheur plutôt que sprinteur

« De précédentes études avaient déjà cherché à déterminer la vitesse de marche des dinosaures, mais elles se concentraient principalement sur leurs membres inférieurs et laissaient de côté la queue, qui rend les dinosaures si uniques », souligne Pasha van Bijlert, co-auteur de l’étude. « Il s’agit probablement de la principale raison pour laquelle les vitesses de marche trouvées ici sont inférieures aux précédentes estimations pour les grands théropodes. »

De tels résultats font écho à une étude publiée l’année dernière, qui avait estimé que les grands dinosaures étaient plus endurants, et davantage profilés pour de longues marches que des sprints.

Animation 3D illustrant la démarche du T. rex

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de