reconstruction faciale
© Christopher Rynn / Whithorn Trust

En 1957, des ouvriers ont entrepris de rénover la voûte d’une crypte médiévale abandonnée située à Whithorn, en Écosse. Cependant, leurs travaux furent interrompus par la découverte de trois cercueils en pierre. Ce n’est que quelques années après que les fouilles ont été menées sur le site. Les archéologues ont par la suite mis au jour des dizaines de tombes contenant de nombreux artefacts. Des restes de squelettes ont été découverts dans les tombes. Apparemment, ces sépultures appartenaient à des clergés et des riches de la période médiévale. Afin d’approfondir les recherches, les archéologues ont procédé à la reconstruction faciale en 3D de trois de ces dépouilles.

Une découverte révolutionnaire

Les archéologues ont déclaré dans un communiqué que Whithorn abriterait la plus ancienne communauté chrétienne d’Écosse. Ils y ont vécu pendant environ 1 600 ans. Les archéologues prévoient de dévoiler les portraits des personnes découvertes à l’occasion du festival du livre de Wigtown. Par la suite, ils seront exposés au centre d’accueil des visiteurs de Whithorn. D’après Julia Muir Watt, responsable du développement de la Fudicie, ces reconstructions dévoileront les traits caractéristiques des personnes ayant vécu à cette époque. Cela permet aussi d’en savoir plus sur leur quotidien.

Trois personnes ont pu bénéficier de cette reconstruction faciale. Il s’agit d’un évêque, un clerc et une jeune femme. D’après les recherches, ces personnes ont vécu dans le comté de Wigtownshire entre le XIIe et le XIVe siècle, et ont été enterrées au prieuré de Whithorn dans la région de Dumfries et Galloway en Écosse. Les scientifiques ont découvert de nombreuses informations sur ces personnes. Par exemple, l’évêque s’appelait Walter et avait présidé le Whithorn entre 1209 à 1235. Son squelette présentait des signes d’obésité et il s’était principalement nourri de poissons. Étant d’une classe sociale élevée, Walter avait été enterré avec des objets de valeur comme des bagues en or incrustées de rubis et d’émeraudes. De plus, son cercueil était plus imposant que les autres. Les animations ci-dessous ont été créées par Christoper Rynn.

La vie passée de ces personnes qui ont vécu au Moyen Âge

Les archéologues n’ont pas découvert l’identité de la femme. Mais après avoir effectué une analyse de ses os, ils ont découvert qu’elle avait le crâne très symétrique, ce qui suggère qu’elle devait être très belle. Ils ont quand même découvert qu’elle était âgée d’une vingtaine d’années lorsqu’elle est morte. Elle appartenait aussi à un statut social élevé puisque sa dépouille avait été placée sur un lit de coquillages près du maitre-autel du prieuré. Le dernier individu était aussi un membre du clergé. Ce dernier présentait une fente palatine et son visage était asymétrique. Son corps avait été placé près des membres de l’élite, mais il n’avait pas beaucoup de biens précieux.

Les scientifiques ont par la suite utilisé ces informations afin de faire une reconstruction faciale en 3D. Ils ont donc donné un visage à ces trois individus ainsi que des traits du visage comme les yeux, la bouche. Ce projet permettra donc d’attribuer un visage à d’autres personnalités. Par ailleurs, saviez-vous que la reconstruction faciale numérique a aussi révélé le visage d’une puissante femme de l’âge du bronze ?

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments